RMC Sport

Nicolas Manaudou : « Beaucoup de faux culs »

La famille Manaudou a frappé d'entrée

La famille Manaudou a frappé d'entrée - -

Si Laure Manaudou était attendue au tournant le week-end dernier pour sa rentrée, Nicolas, son frère et entraîneur, l’était tout autant.

Nicolas Manaudou, les personnes qui ont douté de vos compétences ont reçu un message fort le week-end dernier…
Ca ferme un peu la gueule à tous ceux qui m’ont critiqué. Il y a beaucoup de faux culs dans ce milieu. Ils me soutenaient par devant mais ils me cassaient par derrière. Je ne vais pas le cacher, c’est une satisfaction de montrer à tout le monde qu’ils se sont trompés. Si ça les amuse de me critiquer ou de dire que je ne suis pas compétent, il n’y a aucun souci. Je sais simplement qu’il y a eu de bons résultats le week-end dernier.

Votre sœur a réalisé de gros progrès techniques. Ce travail, c’est aujourd’hui votre priorité ?
Je ne suis pas un entraîneur qui demande à ses nageurs de nager vite et longtemps. Je préfère privilégier la qualité à la quantité. Laure nage beaucoup moins qu’avant à l’entraînement. Elle est passée de 18 km à 13 km par jour. Philippe Lucas avait préféré axer son travail sur la quantité. C’est son choix. Maintenant, l’avenir nous dira si nous sommes partis dans la bonne direction.

Dans quels secteurs a-t-elle le plus progressé ?
J’ai décidé de mettre en place un gros travail technique sur les parties nagées et non nagées. Cela concerne donc les coulées, les reprises de nage. Laure a très bien assimilé les coulées. Concernant les départs, je ne suis pas un partisan des départs pieds décalés. J’avais donc demandé à Laure de partir pieds joints pour cette compétition. Ca s’est avéré très positif puisqu’elle gagne un dixième.

Qu’est-ce qui vous pousse à aligner Laure sur les courtes distances ?
Mon but est qu’elle prenne une bonne vitesse pure pour réaliser de bons 200 et 400 m. On peut voir qu’on a effectué du bon boulot à l’entraînement sur 100 m. Elle vient de gagner 1’’5 sur cette distance en un an. Elle nage aujourd’hui en 53’’3 alors qu’elle était aux alentours des 55’’8 l’année dernière.

Que doit attendre de son premier 400 m, à la fin de la semaine, à Montpellier ?
Il ne faut pas que les gens s’attendent à ce que Laure batte un record ou qu’elle nage en 4’02’’. On s’est rassuré ce week-end mais nous nous ne sommes pas là pour faire plaisir aux gens. Laure travaille pour être prête en août 2008. Cette sortie à Montpellier est un entraînement.

La rédaction - Loïc Briley