RMC Sport

Phelps, de l’ombre pour Agnel ?

Michael Phelps

Michael Phelps - -

Michael Phelps (28 ans) va effectuer son retour à la compétition ce jeudi dans l’Arizona. Un comeback qui pourrait faire de l’ombre à Yannick Agnel, qui partage le même entraîneur que l’homme aux 18 titres olympiques.

C'est ce jeudi, dans le bassin du Skyline Aquatic center de Mesa, dans la banlieue de Phoenix, que Michael Phelps va effectuer le premier plongeon de ce qui va peut-être devenir sa deuxième carrière. Le nageur de 28 ans prendra le départ des séries du 100m papillon au Grand Prix US de Mesa. Le retour de l'athlète le plus médaillé de l'histoire des Jeux Olympiques (22 médailles dont 18 titres), à deux ans du rendez-vous de Rio (voir encadré), sera évidemment scruté avec une attention particulière.

D’abord pour savoir à quel niveau se situe Phelps. Mais aussi, en France notamment, pour savoir si ce comeback peut faire de l'ombre à Yannick Agnel, présent dans l’Arizona en simple spectateur après des championnats de France en demi-teinte. Le Français, qui a élu domicile depuis bientôt un an au North Baltimore Aquatic Club, l'antre de la légende Phelps, a traversé l'Atlantique pour s'entraîner avec Bob Bowman, celui qui a façonné le meilleur nageur de tous les temps. Et si depuis son arrivée aux Etats-Unis, Agnel partageait avec Phelps quelques séances d'entraînement dans la semaine, l'un n'était encore qu'un retraité qui entretenait sa forme, l'autre un compétiteur. Mais aujourd'hui, les deux sont adversaires.

Agnel : « C'est absolument compatible »

Alors la cohabitation de deux immenses talents est-elle possible ? Pour Agnel, cela ne devrait pas poser de problème. « C'est absolument compatible et la preuve en est, je me suis toujours entraîné avec des personnes que j'ai retrouvées dans mes courses jusqu'au plus haut niveau comme Conor Dwyer (vice-champion du monde du 200m à Barcelone derrière Agnel, ndlr) ou Clément Lefert (avec lequel il s'entraînait à Nice avant les JO de Londres, ndlr). Et ça n'a absolument posé aucun problème. Je pense qu'il y a un temps pour être dans la course et un temps avant et après où on est potes. »

Logiquement, avec un athlète en plus (et pas des moindres), Bowman passera un peu moins de temps avec Agnel. Mais là encore, le Français ne s’inquiète pas : « Ça prend une part importante mais chaque nageur prend une part plus ou moins importante. On a un groupe plus ou moins étoffé, donc finalement, ça fait plus un (rires). » Sauf que ce « plus un » n’est pas n’importe qui.

Bowman : « Ils seront en concurrence sur peu d'épreuves »

Mais Bob Bowman, lui aussi, se montre optimiste quant à la cohabitation des deux champions olympiques du 200m nage libre (2008 pour Phelps, 2012 pour Agnel). « Je pense que c’est un groupe de gars qui vivent bien ensemble et c’est important qu’ils se poussent les uns les autres. Je pense que ça aide aussi beaucoup Yannick. Il apprend énormément à regarder Michael nager, et vice et versa. Je pense qu’ils seront en concurrence sur peu d’épreuves en fait. Michael ne devrait nager que des épreuves courtes s’il revient. Je ne pense pas qu’il soit prêt pour faire un 200m encore. » Il sera alors temps de résoudre cet autre problème.

A lire aussi :

>> En images - Les plus grands come-back du sport

>> Bowman : « Agnel réalise des choses à l’entrainement que Phelps n’a jamais faites »

>> Agnel : « Très motivant de nager aux côtés de Phelps »

Le titre de l'encadré ici

|||

Phelps pas sûr d’être à Rio

Michael Phelps a annoncé mercredi qu’il n’était sûr de disputer les prochains JO, en 2016. « Je ne sais vraiment pas si je serai à Rio. Seul le temps pourra nous le dire. Personne ne me force à revenir, je le fais pour moi seul, a-t-il déclaré en conférence presse. Tout ce que je peux dire, c'est que je m'amuse beaucoup à l'entraînement, je prends beaucoup de plaisir. Je n'ai vraiment rien fait pendant 18 mois-deux ans. Mais il me manquait quelque chose, nager me manquait, c'est aussi simple que cela. Je veux juste courir, retrouver l'état mental qu'on a quand on est en compétition, c'est ce que j'ai le plus aimé dans ma carrière. » 

Julien Richard