RMC Sport

VIDEO. Mondiaux de natation: sa dyslexie, les moqueries, ses ambitions... Metella se confie avant sa finale

Principale chance de médaille tricolore (100m NL) aux Mondiaux de Budapest, Mehdy Metella est revenu sur son parcours face à la caméra de RMC Sport. Dyslexique, le sprinteur tricolore se confie notamment sur les difficultés rencontrées lors de son enfance.

A 25 ans, il est aujourd’hui l’une des têtes d’affiche de la délégation tricolore des Mondiaux en grand bassin de Budapest. Jeudi, Mehdy Metella tentera d’aller décrocher une médaille sur la distance reine (100m). Ce mercredi en série puis en demies, il a impressionné, signant le meilleur temps des demi-finales en 47’’65, sa meilleure perf’ en carrière. En cas de victoire, il deviendrait le premier français sacré sur l’aller-retour aux Mondiaux. Il s’est confié sur son parcours, pas toujours simple, face à la caméra de RMC Sport.

A revivre >> Mondiaux de natation en direct : Metella en finale avec un temps canon

"Je n’étais pas très brillant en cours"

"Je n’étais pas très brillant en cours, raconte Metella. J’ai toujours eu la natation en point d’appui pour essayer de m’en sortir. Sans la natation, je ne sais pas où je serais aujourd’hui. Si je m’en étais sorti comme mécanicien, ç’aurait été pas mal. J’aime les gros objectifs. C’est une des choses qui m’a sauvé dans la vie. Quand j’étais jeune, à l’école primaire, il y avait des moqueries. C’est normal, on est immature quand on est jeune. On ne voit pas le mal que l’on fait. Aujourd’hui, je m’en fous. Je souffre toujours de ma dyslexie. Je lis des bouquins pour éliminer ça. Mais ça ne marche pas en un claquement de doigts."

VIDEO : Mehdy Metella : "J’aime le stress de la compétition"

J.Ri