RMC Sport

A la rencontre d’Anthony Barrier

-

- - -

A 26 ans, le pilote de Jean-Paul Marmion est à la tête d’un joli palmarès et ne cesse de progresser chaque année dans la hiérarchie des drivers. Pas programmé à l’origine pour devenir pilote, Anthony Barrier campe dans le Top 20 de la Casaq Ligue. Il évoque ici son parcours, sa plus belle victoire et les chevaux sur lesquels il compte pour briller dans le Challenge.

A 26 ans, le pilote de Jean-Paul Marmion est à la tête d’un joli palmarès et ne cesse de progresser chaque année dans la hiérarchie des drivers. Pas programmé à l’origine pour devenir pilote, Anthony Barrier campe dans le Top 20 de la Casaq Ligue. Il évoque ici son parcours, sa plus belle victoire et les chevaux sur lesquels il compte pour briller dans le Challenge.

Ce qu’il dit

A propos de son parcours :

« Gamin, je voulais faire carrière dans le foot, mais je me suis rapidement rendu compte que j’aurais dû mal à m’imposer dans ce milieu. A l’adolescence, les autres grandissaient plus vite que moi (sourires). C’est en suivant mon père (driver amateur) que j’ai découvert les courses. J’ai d’abord effectué un petit stage chez Mathieu Fribault avant de rejoindre la Maison Familiale et Rurale de Pouancé. J’ai fait mes classes chez Dominique Mottin, puis Sébastien Poilane. Je ne pensais pas devenir pilote. Je me voyais plutôt premier garçon. Cela s’est fait de fil en aiguille, au gré des rencontres et des circonstances. Ma rencontre avec Jean-Paul Marmion a aussi joué un rôle déterminant. »

A propos de sa plus belle victoire dans la Casaq Ligue :

«Il s’agit de ma victoire avec Olga du Biwetz dans le Prix de Cornulier. Le Cornulier est la plus belle épreuve dans la spécialité du trot monté. Je découvrais Olga ce jour-là. Je n’étais pas avec elle lors de son heat et je ne l’ai montée que lors du défilé quelques minutes avant le départ. Elle avait peu d’expérience dans cette discipline mais avait déjà montré son potentiel dans les préparatoires. Avant la course, j’avais réservé pour le soir une table au restaurant pour la famille et quelques amis. Je n’étais pas certain de gagner mais je voulais célébrer tout simplement ma participation à cette très belle course. Naturellement, après cette victoire, notre repas a eu une saveur toute particulière. »

A propos de ses ambitions pour cet hiver :

« Je ne drive pas tous les jours dans les quintés. Pour cette raison, je n’ai pas beaucoup de prétentions au classement général de la Casaq Ligue. Je compte tout de même sur les chevaux de Jean-Paul Marmion pour briller. Je pense notamment à quelques « S » comme Show d’Hermès ou Souvenir du Lupin. »

Crédit Photo : APRH

Le Quinté en vidéo

Arrivées et rapports du Quinté