RMC Sport

Ourasi, une légende bien vivante

-

- - -

Alors que la 91e édition du Prix d’Amérique-Marionnaud se disputera dimanche à Vincennes, Ourasi, quadruple vainqueur de la course, paitra dans son haras de Gruchy (Calvados) paisible comme le « cheval du siècle » qu’il est et qui suscite toujours une admiration internationale.

Sur les coups de 15h30, dimanche, l’excitation sera à son comble dans les travées de l’hippodrome de Vincennes pour le départ du 91e Prix d’Amérique-Marionnaud. A près de 230 kilomètres de là, vers Bayeux (Calvados), Ourasi broutera son herbe en père peinard. Vingt-deux ans après le dernier de ses quatre sacres à Vincennes, le « roi fainéant », surnommé comme tel en raison de son flegme et de sa nonchalance en piste, reste une légende. Ses 22 victoires consécutives et ses 522 jours d’invincibilité (dont toute l’année 1986) ont marqué les esprits. Et la page est loin d’être tournée. A bientôt 32 ans (il les aura le 7 avril prochain, l’équivalent d’une centaine d’années pour un humain), l’alezan brulé peine à trouver la sérénité d’une retraite bien méritée. 

Le haras de Gruchy (Calvados), où il a élu domicile, ne désemplit pas de fans nostalgiques du trotteur, élu « cheval du siècle ». En un an, il reçoit entre 1000 et 2000 visites de personnes venant du monde entier (Belgique, Pays-Bas, Norvège, Etats-Unis, Japon). Cette semaine, à quelques jours du Prix d’Amérique-Marionnaud, un groupe de 17 touristes maltais a fait le déplacement en Normandie sous la direction d’Annie Jumelle, «nounou officielle» du cheval et qui effectue au quotidien 16 kilomètres en vélo. « Je viens tous les jours pour le câliner, le panser, lui donner des carottes et des pommes, explique cette femme originaire de la Somme et qui a déménagé en Normandie pour se rapprocher de son héros. Aucun autre ne pourra l’égaler. C’est un patrimoine vivant. »

Son propriétaire : « Il fait partie des choses à voir dans la région »

Tellement unique que Pierre Lamy, le propriétaire du haras, avait décidé d’acquérir la légende vivante dans l’espoir de transformer le crack en étalon. Un espoir vain : malgré la naissance d’une vingtaine de poulains, aucun ne réussira la carrière du géniteur. Mais ce dernier ne s’en émeut pas. « Il fait partie des choses à voir dans la région avec la tapisserie de la reine Mathilde à Bayeux, le cimetière américain à Colleville-sur-Mer et le Mont-Saint-Michel », s’amuse-t-il. C’est une fierté. » A jamais puisque tout est déjà prévu pour accompagner son départ. « C’est le roi. Quand il ne sera plus là, on l’enterra à l’entrée de son paddock où on mettra une stèle », a prévu Annie Jumelle. Indétrônable.


Pariez sur le Prix d'Amérique

Le titre de l'encadré ici

La préparation des champions|||

Ceux qui ont déjà assisté à une course de chevaux, que ce soit au trot ou au galop, ont certainement été impressionnés par les musculatures imposantes, les physiques impressionnants de ceux qui font le spectacle. Il faut dire qu’à l’image de n’importe quel sportif de haut niveau, l’entraînement d’un « coursier » est intensif ! Au-delà de cet aspect purement sportif, il faut savoir que nos amis équins sont également chouchoutés, bichonnés par leur entourage. En même temps, avec un million d’euros d’allocations pour le Prix d’Amérique, ils le valent bien...

Du kinésithérapeute à l'ostéopathe, le fidèle destrier bénéficie de la même gamme de professionnels qu’un footballeur pour s’occuper de ses muscles ou de ses os. On n’imagine pas Roger Federer gagner une finale du Grand Chelem avec une vertèbre déplacée. Et bien c’est exactement la même chose pour Ready Cash ou Oyonnax, les deux derniers vainqueurs du Prix d’Amérique, qui seront d’ailleurs en piste, dimanche, dans la plus belle épreuve du monde au trot. Piscine, tapis de course (comme dans une salle de fitness... mais en plus grand), soins marins et même séjour en thalasso, pour se remettre d’une blessure par exemple, sont au programme de ces athlètes aux sabots ailés.

Le Quinté en vidéo

NC avec RP à Gruchy

Arrivées et rapports du Quinté