RMC Sport

Le "continuation bet" au poker.

-

- - -

Comme chaque vendredi un professionnel de l'antenne soigne votre poker. Cette semaine, le joueur professionnel Valentin Messina vous dévoile les secrets du "Continuation Bet".

Le continuation bet ou « mise de continuation » est un move qui consiste à effectuer une mise au flop lorsqu’on a été le relanceur initial préflop. Cette mise de continuation oscille généralement entre 1/3 du pot et la taille du pot.

Le continuation bet est un des moves les plus anciens et a été dévoilé pour la première fois par le joueur professionnel Doyle Brunson lors de la parution en 1978 de son livre Super System. De nombreux professionnels lui en ont d’ailleurs énormément voulu suite à la publication de ce livre devenu culte, reprochant à Doyle de mettre en lumière tous les secrets des joueurs professionnels leur permettant d’avoir un net avantage sur les autres joueurs.

Il faut bien savoir qu’au Texas hold'em No Limit, un joueur n'améliore sa main de façon substantielle qu'une fois sur trois. Le continuation bet a donc pour effet de forcer l'adversaire à se coucher suffisamment souvent. Si l'adversaire se couche une fois sur trois, une mise de 2/3 de la taille du pot est à espérance nulle, même si le miseur abandonne le coup lorsque la mise est payée. Il s'agit donc d'un coup devenu quasi automatique et très profitable sur le long terme. Cependant, l'exécution ou non du continuation bet dépend de plusieurs facteurs comme la position, la texture du flop, les tendances de l'adversaire et enfin de la main du relanceur.

On fait donc un continuation bet pour deux raisons principales :

• Pour la valeur de notre main (exemple : avec AK sur un flop K83 tricolore)

• Pour prendre le pot tout de suite en bluff : (exemple : avec JT sur un flop K82)

De surcroit, le fait de miser indépendamment de la force de sa main rend un joueur moins lisible.

Les facteurs suivants rendent le continuation bet moins efficace, et la présence d'un ou plusieurs de ces facteurs peuvent la rendre négative :

• Un grand nombre de joueurs au flop (trois ou plus),

• Un flop riche apportant de nombreux tirages (exemple : 9JT avec deux cœurs),

• Des adversaires qui payent de façon trop large.

Du point de vue de l’autre joueur on peut contrer un continuation bet en utilisant le floating, move consistant à payer en position la mise de continuation avec rien dans le but de paralyser l’adversaire et voler le coup plus tard, généralement au turn.

Nous nous rendons bien compte qu’avec le temps le poker s’est développé et qu’à chaque fois de nouveaux moves ont été inventés pour continuellement prendre l’avantage sur l’adversaire. C’est pourquoi aujourd’hui le poker est un jeu très complexe faisant appel à une très large palette de moves techniques.

VM