RMC Sport

Le payout au poker. Qu'en est-il vraiment?

Antoine Vannini, consultant poker RMC.

Antoine Vannini, consultant poker RMC. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Comme chaque lundi un professionnel de l'antenne soigne votre poker. Cette semaine, Antoine Vannini répond à une question clé au poker. Celle de l'évolution des "payouts".

Le programme officiel des WSOP 2014 vient a été annoncé il y a 15 jours, avec 65 tournois dont le Poker Player Championship à 50.000 dollars, le Big One for One Drop à 1 million de dollars et le Main Event, tournoi à 10.000 dollars avec cette année la garantie de remporter 10 millions de dollars.

Le fer de lance des structures de tournoi français, Philippe Ktorza, a immédiatement réagi sur les réseaux sociaux qu'il affectionne. “Dans le cas où le nombre d'inscrits n'est pas suffisant, j'ai bien peur que nous nous dirigions vers un payout dégueulasse”. S’il ne mâche pas ses mots, c'est qu'il est habitué au combat avec les organisateurs de tournois aux structures mal-pensés et s'est fait le défenseur des joueurs en la matière.

La répartition des prix, ou “payout”, est effectivement un composant central de l'étude des qualités d'un tournoi et de la stratégie la mieux adaptée.

Comment analyser un bon "payout"?

La meilleure illustration est le concept d'ICM pour valoriser nos jetons, qui donnera des résultats bien différents selon le “payout”. En effet l'ICM permet de rapporter la valeur de notre tapis en monétaire, à partir de la répartition des jetons et du “payout”.

Cela va donc directement influer sur notre prise de décision, pilier de notre approche stratégique au poker.

L'idée qui anime Philippe Ktorza et tous les défenseurs de structures plus plates et rémunératrices d'une plus grande part du field est d'encourager à jouer les joueurs amateurs et les plus petites bankrolls, en réduisant les risques. Une idée qui suit la lignée de l'explosion des satellites, aux “payouts” si particuliers, qui permettent de jouer des limites supérieures et toucher du doigt le rêve du circuit international.

La santé du poker dépend-il du payout?

C'est donc surtout pour la santé du poker que l'on doit s'inquiéter des “payouts”. Il s'agit toujours de favoriser les joueurs, et d'attirer plus d'amateurs. Pour rappel, les couacs du PPT et celui de l'iSPT, dont les garanties auront finalement couté cher à leurs organisateurs.

En tant que joueur, il faut étudier soigneusement les payouts avant de jouer un tournoi. Il vaut mieux éviter de se laisser allécher par des premières places très rémunératrices mais bien considérer l'ensemble, pourcentages de places payées, paliers, structure et field.

Un satellite demandera des prises de décision complètement différentes en “winner take all” qu'un Sit’n’Go ou un tournoi plus classique par exemple, comme apprendre à coucher une paire d'as avant le flop.

JS et AV