RMC Sport

Plus rien ne pouvait m'arriver.

Quentin Lecomte, vainqueur de ll'Unibet Open Cannes.

Quentin Lecomte, vainqueur de ll'Unibet Open Cannes. - -

Il y a 3 semaines Quentin Lecomte a remporté l'Unibet Open de Cannes devant un field de 313 joueurs. Pour sa performance le français s'est adjugé la jolie somme de 100.000 euros. Cette semaine, il était l'invité de l'émission Docteur Poker.

"J'ai un parcours classique."

J’ai peur de ne pas être original mais mon parcours est assez classique. Je suis de cette génération de joueurs internet qui ont ensuite bifurqué vers le circuit live. J’ai rapidement monté une jolie “bankroll” tout en essayant de progresser et d’apprendre sur les forums. Les magazines de poker ont également été très instructifs. Mais j’ai vite compris que je gagnerais plus en live et que le jeu y était plus intéressant. J'ai donc commencé à jouer des tournois aux buys-in plus élevés en France et en Europe.

"Ma première perf à Dublin."

C’est d’ailleurs à Dublin que j’ai réalisé ma première belle performance en tournoi live après quelques tournois disputés dans les cercles parisiens. C’était en février 2011. Je me retrouve de l’autre coté de la manche pour disputer un gros tournoi à 550 euros avec un field de plus de 700 joueurs. Après 3 jours de combat, je termine finalement 7ème et empoche plus de 10.000 euros, un somme énorme pour moi à cette époque.

"Je suis arrivé fin prêt à Cannes."

Mais revenons à mon actualité. Quand j’arrive à cannes il y a 2 semaines pour l’Unibet Open, je viens tout juste de signer mon contrat avec Unibet. Je suis donc concentré et préparé. Je n’ai pas trop fait la fête et ai choisi le vendredi pour éviter Daniel (rire). Car l’une des première chose auquelle on doit se préparer avant un tel tournoi est l’endurance. On ne doit pas trop manger à midi, être reposé et bien dans sa tête pour enchainer 10 à 12 heures de poker par jour.

"2 coups ont été décisifs."

Mon tournoi s’est joué sur 2 coups “fatidiques”. Lors du Day 1, je me retrouve avec 8.000 jetons. A tapis avec KQ contre paire de 10, j’ai la chance de trouver un quinte rivière et double mon stack. Ensuite, au jour 2 a 12 joueurs restants, je perds un coup à tapis ou je retombe à 5 blinds. J’engage donc tout avec paire de 7 contre KQ et je prends le 7 au turn (rire). A ce moment là, plus rien ne peut m’arriver.

"100.000 euros."

La suite est belle. Je remporte le tournoi et les 100.000 euros promis au vainqueur. Le coup définitif est une nouvelle paire de 7 qui tient contre AK. Au final, ce que je voudrais dire, c’est que le but d’un tournoi est de survivre et non pas de remonter son stack à tout prix. Cela ne sert à rien et c'est le plus souvent l’erreur que commettent les joueurs.

JS