RMC Sport

Reprise du MNPC 2020 sur Winamax: retour triomphant de "gigi2paps"

Gersande Gagnante

Gersande Gagnante - Iconsport

Déjà près de 15 ans que le MNPC (Monday Night Poker Club) existe! Mais l’épidémie de Coronavirus nous privait de nos parties hebdomadaires depuis fin février. Grâce aux tournois privés organisés par Winamax, la compétition a repris le lundi 30 mars… mais chacun chez soi, devant son ordi ou sa tablette.

L’explosion du Texas Hold’em touche une bande d’amis journalistes sportifs de différents médias en cette fin d’année 2005. Mon esprit organisateur permet de convertir rapidement quelques potes pour un cash game hebdomadaire. 40 € de jetons au départ et recaves illimitées. Cela tourne très vite à une véritable boucherie. Aucun de nous ne sait vraiment jouer et les horreurs se succèdent. Les gains et les pertes frisent parfois les 500 €. Une charte est même écrite mais elle est vite « enterrée dans le jardin de la rue Albert Laurenson à Boulogne » comme nous avons coutume de le rappeler lorsque l’un de nous ouvre trop sa « bouche » lors d’un coup dans lequel il n’est pas impliqué. Nicolas Delage, alias « Nico2L » (ex-Eurosport et commentateur du rugby sur TF1) accueillait nos parties chez lui à Boulogne et supportait mal, en tant que non-fumeur, de « dormir dans un cendrier chaque lundi soir ». Après quelques mois, la raison l’emporte et nous passons du cash game aux tournois à 50 € avec une recave par joueur lors des deux premiers niveaux de trente minutes… et des « pauses clopes » toutes les heures. Avantage: on ne peut perdre que 100 € dans la soirée et on fume beaucoup moins. Inconvénient: les parties qui se terminaient entre minuit et une heure nous emmènent parfois jusqu’au bout de la nuit. Les réveils du lendemain sont parfois difficiles.

Luis Fernandez lâche vite l’affaire

Petit à petit, le cercle s’élargit et intègre d’anciens sportifs comme Luis Fernandez (« vous croyez quand même pas que vous allez me piquer mon oseille tous les lundis»), Raymond Domenech (football) ou Emilie Loit (tennis). Ils ne voient pas le jour malgré leur talent de compétiteur et doivent vite se rendre à l’évidence: ils n’ont pas le niveau du MNPC et passent vite la main. Plus récemment, Willy Sagnol ou Eric Di Meco (football) ont compris qu’ils devaient encore progresser pour « jouer dans la cour des grands ». Hugues Obry (escrime), Jacky Durand (cyclisme), Brahim Asloum (boxe) ou Stephen Brun (basket) ont eu le mérite de s’accrocher mais n’ont jamais atteint le Graal… le fameux Masters de fin d’année, l’objectif de toute une saison. Eh oui, le Monday Night Poker Club devient une institution. En décembre, tous les joueurs positifs et ayant disputé au moins 25 % des parties sont qualifiés pour le Masters (Deepstack - 1200 € de price-pool – 2 payés) organisé sur un minimum de deux jours, soit en Bourgogne autour d’un week-end gastronomique et de dégustations, soit à Paris. Chaque édition a réuni entre 7 et 10 joueurs. « 12Villef » (Richard Place – France-Info), « JCBaloo » (Jean-Christophe Drouet – RMC Sport), « Losdiegos » (Bertrand Dumont – ex-Eurosport), « leouertfou » (Christophe Pleynet – RMC Sport), « TOMDESS » (Thomas Desson – RMC Sport), « Nico2L » et moi-même avons inscrit notre nom au palmarès depuis 2010.

Mohamed Bouhafsi saute à la bulle

Depuis le début du confinement, nos soirées du lundi étaient suspendues… mais les tournois privés sur Winamax ont tout arrangé. Après quelques parties d’entraînement, la reprise a eu lieu le lundi 30 mars. Mais au lieu d’être 10 joueurs maximum comme chaque lundi à Paris, nous étions 25 confinés dans la capitale mais aussi à Nice, Hyères, Bordeaux, Beaune, Rouen ou Dinard. Cela a permis à certains joueurs historiques de retrouver le MNPC, notamment Gersande Diart, ancienne journaliste de RMC Sport qui a réussi un retour tonitruant après trois ans sans jouer. Elle a raflé la mise lundi soir dans ce cercle rempli de testostérone: « J’ai fait fort pour mon grand retour mais je dois avouer que je n’ai jamais autant touché de ma vie ». « Gigi2paps » a rendu fou « PikPok » (Christophe Josse – beINSPORTS : «j’étais card dead à la fin du tournoi, totalement impuissant face au jeu hallucinant de Gersande ») en heads-up après avoir ruiné les espoirs de « Jimbojax » (Jimmy Braun, producteur des Paris RMC et de Breaking Foot), de « leouertfou » ou de « MadMass » (Rodolphe Massé – RMC Sport). « mbouhafsi » (Mohamed Bouhafsi – RMC Sport), bien que débutant au MNPC, n’a sauté qu’à la bulle avec AJ contre AA de la future vainqueur du tournoi : « j’ai très mal dormi. J’avais l’opportunité d’être ITM pour la première fois. Quand j’ai relancé avec AJ suited et que Gersande m’a re-raise en Big Blind, j’ai décidé d’envoyer mon tapis en espérant être au pire en coin flip… mais elle avait American Airlines »! Quant à moi, tout comme pour « EDM13 » (Eric Di Meco), « Phattcombo » (Luigi Colange – RMC Sport), « danielafter » (Daniel Riolo – RMC Sport), « DirkBrown41 » (Stephen Brun (RMC Sport), « BossduBor » (David Cozette, commentateur de basket sur RMC Sport récemment devenu hôtelier dans le Var), « TOMDESS », ou encore « jltourre » (RMC Sport), la soirée n’a pas été une réussite mais nous aurons notre revanche lundi prochain. Et Jean-Louis Tourre, le co-présentateur de « Team Duga » sur RMC, a au moins le mérite d’être leader du classement « MNPC confiné », le tournoi quotidien à 20€.

Le « trash talk » de mise sur notre groupe WhatsApp pendant les tournois privés sur Winamax risque de durer encore quelques temps!

Christophe Paillet