RMC Sport

Dassier abandonné

L'époque des sincères accolades entre Didier Deschamps et Jean Claude Dassier semble lointaine. Propulsé à la tête de l'OM par RLD à l'été 2009 en remplacement de Pape Diouf, l'homme de médias vit peut-être ses dernières heures à la présidence du club.

Les joueurs passent, les supporters restent. Concernant l'OM il serait plus approprié de dire que tout passe et seuls les supporters restent. Après une fin de saison pour le moins agitée, il se pourrait qu'un chamboulement ait lieu histoire de remettre les idées de tout le monde en place, et surtout répondre à une lassitude générale envers la manière de diriger du président Dassier.
Dans cette optique, une mise à l'écart progressive de Dassier par l'exécutif semble en marche depuis quelques jours et pourrait aboutir à un départ de ce dernier dès cette semaine. L'exemple le plus frappant reste la prolongation de Deschamps officialisée en interne sans même avoir mis Dassier dans la confidence, coach DD ayant exigé de ne traiter qu'avec Margarita Louis Dreyfus et Vincent Labrune.
On notera aussi la sortie d'Heinze qui a ouvertement remis en cause la politique de son président ou encore la gestion du cas Lucho. Dassier est un dirigeant, un bon dirigeant qui ne laisse pas de place aux émotions et qui malheureusement ne raisonne que par les chiffres. Là se trouve certainement la différence entre un bon dirigeant et un bon président (de club). Les supporters ne retiendront pas qu'un an après son arrivée Dassier avait remis le club sur de bon rails au niveau financier en plus d'avoir remporté le titre. En revanche tout le monde se souviendra qu'il avait fixé la caméra un soir d'août en assurant à tout un peuple que Mamadou Naing serait à 100% marseillais la saison suivante...

C'est clairement son manque de crédibilité aux yeux du grand public et même dans ses propres rangs qui fait aujourd'hui défaut à Dassier. A l'origine du départ de Diouf en 2008 et homme de confiance de Margarita Louis Dreyfus, Vincent Labrune pourrait bel et bien mettre un terme à la présidence de Dassier, quelques jours après avoir confirmé que le vrai boss c'est Deschamps.

Thomas Mekhiche