RMC Sport

Nous sommes des footballeuses, pas des filles qui jouent au foot !

Elles s'appellent Louisa Necib, Wendie Renard ou encore Elodie Thomis et sont les dignes représentantes du football féminin français à l'échelle internationale. Trop longtemps snobé parce que surement pas assez rentable pour nos chers diffuseurs, le football féminin gagne à être connu et mérite par ailleurs largement de l'être. Il suffit en effet de mettre de côté notre supporterisme primaire dicté par la testostérone et de s'attarder quelques minutes sur leur univers pour comprendre que l'amour que portent ces filles au ballon rond n'a rien de surnaturel.

" Nous sommes des footballeuses, pas des filles qui jouent au foot ! "
Ce samedi, la FFF organisait un défi à Clairefontaine entre les joueuses de l'EDF et une poignée de journalistes sportifs dans le but de montrer au grand public que le football féminin a largement sa place dans le paysage footballistique français. Nous nous sommes donc rendu à Clairefontaine avec Gilbert Bribois, Daniel Riolo et Julien Cazarre afin de nous familiariser avec ce football encore trop méconnu et ainsi participer à des "défis" autour de petits ateliers types jongles, dribbles, tirs au but ...
Fait assez rare pour être signalé, nous nous retrouvons immédiatement mélangés aux joueuses dès notre arrivée dans le salon principal. Pas de service d'ordre aux aguets ni de regards méfiants à l'égard des journalistes, nous voilà au milieu d'une bande de copines qui jouent au billard, lisent la presse ou plaisantent entre elles. " Tiens, il y a les gars de RMC " lance une des joueuses qui visiblement a reconnu Gilbert, la glace est tout de suite brisée et nous faisons connaissance avec ces dames qui pour bon nombre d'entre elles viennent de gagner la LDC avec l'Olympique Lyonnais.
S'en suit un bref repas avec les joueuses avant de rejoindre l'un des terrains d'entrainement pour passer aux choses sérieuses.
" On va se faire démonter les gars " lâche Julien Cazarre qui d'un coup perd de sa superbe en voyant les filles arriver en tenue et prêtent à en découdre. Lors des ateliers, on admirera l'aisance technique de Louisa Necib ou encore la lourde frappe d'Eugénie Le Sommer, le tout avec un peu de retenue pour ne pas risquer la blessure avant le mondiale et surtout éviter de ridiculiser la team RMC qui pour sa part a joué le coup à fond !

On retiendra de cette journée la simplicité et la profonde gentillesse des joueuses de l'équipe de France. L'objectif n'est pas de comparer l'univers féminin et masculin mais force est de constater que cette équipe respire la bonne humeur, la convivialité et l'envie d'avancer ensemble. Outre le fait que le niveau de jeu n'est bien entendu pas le même du fait de la différence de morphologie, le football féminin n'a rien à envier à celui du sexe opposé, on aurait presque envie de dire que c'est l'inverse. Pourvu que ça dure !

Thomas Mekhiche