RMC Sport

Altrad devrait s'offrir le maillot du XV de France (même si la FFR dément pour l’instant)

Mohed Altrad

Mohed Altrad - AFP

Mohed Altrad, via sa société de bâtiment, va devenir le premier sponsor maillot de l’histoire du XV de France. Le président de Montpellier espère redorer une image écornée ces derniers mois. Pour la FFR, qui dément, c’est une bonne opération financière.

Mohed Altrad, via son entreprise Altrad, sera le premier sponsor maillot de l’histoire du XV de France. L’officialisation devrait avoir lieu mardi prochain lors d’une rencontre en petit comité avec la presse en région parisienne. Serge Simon dément pourtant cette officialisation « C'est n'importe quoi, rétorque le vice-président de la FFR à RMC Sport. Aujourd'hui, Altrad n'est pas partenaire maillot du XV du France. Peut-il le devenir ? Je ne sais pas. Le maillot du XV de France est en commercialisation. Nous n'avons rien signé. » Mais selon nos informations, le mot Altrad ou le logo de l’entreprise devrait apparaître sur le maillot des Bleus pour les huit prochains matchs (les deux derniers du Tournoi, la tournée en Afrique du Sud et la tournée de novembre). Un sponsoring estimé entre 8 et 10 millions d’euros pour la FFR.

Le président de la Fédération, Bernard Laporte, et Mohed Altrad se sont rapprochés l’été dernier lors d’un repas à Montpellier. Le président du MHR voulait proposer le rôle de manager à Laporte, qui a décliné pour se lancer dans la campagne de la FFR. Les deux hommes ont depuis gardé contact et ont scellé un accord qui offre à Laporte une rentrée financière inespérée et à Altrad une énorme visibilité. En effet, Altrad y voit là une double opportunité. D’abord une visibilité énorme pour son entreprise (chiffre d’affaire estimé à 2 milliards d’euros). Déjà président du MHR, sponsor maillot, détenteur du naming du stade, la 37e fortune de France entend profiter du XV de France pour accroître la notoriété de son groupe (un match du Tournoi peut attirer entre 5 et 9 millions de téléspectateurs).

>> Italie-France : une première liste de 19, Picamoles absent

Des sponsors historiques mécontents

D’autre part, cet investissement lui permettrait de se racheter une image écornée née de son conflit avec Fabien Galthié. Montré du doigt par les autres présidents, Altrad a également été accusé de ne pas respecter les « règles du jeu » et de déréguler le marché. Il prouverait là, qu’il n’est pas qu’un mercenaire mais un homme d’affaires prêt à s’investir sur le long terme dans le rugby.

Du côté des partenaires de la Fédération, on fait grise mine. La Société Générale, BMW, Orange et GMF se retrouvent aujourd’hui dans une situation délicate. La Fédération leur a bien proposé un système de tournante comme sponsor principal maillot mais il a été refusé par les partenaires qui n’y trouvaient pas leur compte. Du coup, la Fédération a avancé de son côté, sans faire d’appel d’offre clair sur cet emplacement publicitaire. Elle a même discuté de manière plus avancée avec certains des partenaires qu’elle imaginait à même de se lancer, que ce soit pour des raisons financières ou par intérêt.

Une attitude peu appréciée une fois cette avancée des discussions révélées aux partenaires mis à l’écart de celles-ci. Du coup, aucun sponsor historique ne s’affichera sur le maillot du XV de France. Au contraire, on estime qu’il s’agit d’une manœuvre de la Fédération pour faire sortir du bois les sponsors historiques. Sans succès puisque ces derniers envisageaient même de demander une rencontre avec la Fédération.

>> Top 14 : arrêté en possession de cocaïne, Ali Williams s'excuse