RMC Sport

Chabal : «L’équipe de France est derrière moi»

Pour Chabal, les Bleus font partie du passé

Pour Chabal, les Bleus font partie du passé - -

Sébastien Chabal est de retour tous les lundis soirs dans le Moscato Show, entre 19h et 20h. Pour sa rentrée, l'international aux 62 sélections (34 ans) confie qu’il ne croit pas que Philippe Saint-André, le nouveau sélectionneur français et son ancien entraîneur à Sale, fera appel à lui chez les Bleus. Best-of de l'émission.

Mon avenir en équipe de France – « Soyons réaliste, je viens d’avoir 34 ans, l’équipe de France est derrière moi. Si Philippe (Saint-André) m’appelle je serais heureux comme tout, mais je pense qu’il ne le fera pas, et pour moi ça ne rimerait à rien. Ni pour moi, ni pour lui. Il pourrait me faire plaisir parce qu’on s’entend très bien mais je ne crois pas qu’on soit dans cet état d’esprit. Et si c’était pour me faire plaisir, je n’irai pas. Il va repartir avec un groupe pour 2015, avec des jeunes, il y a du talent. »

La liste des 30 pour le Tournoi – « Philippe va s’appuyer sur les Mondialistes qui pourront aller jusqu’en 2015 (Coupe du monde en Angleterre, NDLR) et avec quelques « vieux » qui peuvent faire la jonction et qui peuvent rempiler encore une saison comme Bonnaire ou peut-être « Roro » (Rougerie). Il y aura peut-être des surprises comme Fofana (centre clermontois, NDLR) a un gros potentiel, Beauxis qui fait aussi très forte impression, ou Lakafia mais qui doit s’imposer en club à Biarritz avant de bousculer la hiérarchie des 8 en équipe de France. Philippe ne va pas bouleverser le groupe. »

La prise de fonction de Saint-André – « Pour connaitre Philippe, je peux vous dire qu’il il doit se mettre une énorme pression. Il prend le poste avec une beaucoup de fierté. Il a porté le maillot soixante-dix fois, il sait ce que c’est que l’équipe de France, et il ne supporte pas la défaite. Quand il perd, ça lui fait mal au ventre, c’est une torture. Ça lui tord les boyaux. »

Mon avenir au Racing – « Bien sûr, ça m’embêterais de changer pour faire un ou deux ans, mais si je devais partir, je leur serrerais la main et j’irais voir ailleurs. Mais ma priorité c’est de finir avec le Racing, et si possible de prendre un Brennus. »