RMC Sport

Chabal s’en souviendra

-

- - -

Consultant dans le Moscato Show sur RMC entre 18h et 20h, Sébastien Chabal s’est exprimé sur l’actualité du rugby. La sienne, après son périple australien, et celle du XV de France, sorti vainqueur de son déplacement en Ecosse (23-17).

Son voyage express en Australie pour y effectuer une pige avec le club amateur de Balmain
« J’ai fait 40 000 km en cinq jours. Je n’ai même pas eu le temps de subir le décalage horaire ! C’était bien, vraiment. Il n’y avait aucune pression, que du plaisir, à prendre et à donner. Les gens se plient en quatre pour toi dans ce genre d’occasions. J’ai visité Sydney en long et en large, la baie, touché un koala et un kangourou au zoo… Je suis arrivé jeudi et le lendemain, on avait un entraînement dans un parc au bord de l’océan. On a tous été boire un coup ensuite. Et samedi, on jouait quand même au stade olympique ! Balmain, c’est l’équivalent d’une Fédérale 2, je pense, donc on fait attention aux contacts, mais le niveau était intéressant. C’était en tout cas une très belle expérience, un beau moment de partage. »

Le XV de France

« Evidemment, on ne peut pas se satisfaire de ce qui a été produit contre l’Ecosse. Mais dans le haut niveau, on est toujours en quête de perfection et ça n’arrive jamais ! La victoire est importante car elle permet de prendre confiance et de travailler plus sereinement. Défensivement, en touche, il y a eu de gros problèmes. Le grand nombre de plaquages manqués (22) est dû à des détails, des petits problèmes de communication. Il ne faut pas oublier que ce n’est que le début d’une histoire. »

Le pays de Galles

« C’est une belle performance d’aller gagner à Twickenham, même si cette équipe d’Angleterre est triste et faible. On les connait, « les animaux », ce n’est jamais facile d’aller gagner là-bas ! Les Gallois, c’est pas mal, ça joue bien. Mais de là à dire que cette équipe est exceptionnelle ou au-dessus de tout le monde dans ce Tournoi… »

Son avenir

« Je ne peux toujours rien annoncer sur mon avenir. Je le dis quand j’ai quelque chose à dire. Mais là, je n’ai juste rien à dire ! »