RMC Sport

Boudjellal : « Wilkinson, c’est les Rolling Stones ! »

Mourad Boudjellal

Mourad Boudjellal - -

Auteur des 24 points de la victoire toulonnaise face aux Saracens (24-12) en demi-finale de H-Cup, Wilkinson a écrit une nouvelle page de l’histoire du RCT. Son président Mourad Boudjellal n’en revient toujours pas.

Mourad, quelles sont vos sensations après cette qualification historique ?

Ça va mieux, mais c’était intense. Ce sont des matches où tu te dis qu’il va y avoir ce petit essai qui va nous assassiner. Tu l’attends. Il y a des moments où ça y ressemble. Et puis ça ne vient pas.

Une fois de plus, le grand bonhomme du match s’appelle Jonny Wilkinson, auteur de tous les points de votre équipe….

Je l’avais dit, les assassins reviennent toujours sur les lieux de leur crime. Il a montré au jeune Farrell qu’il était toujours là. Jonny, c’est comme les Rolling Stones. Il y a des nouveaux qui arrivent et on se dit « c’est pas mal ». Mais quand tu vois les vieux papys sur scène, tu te dis que les Stones, ça reste les Stones. Jonny, c’est pareil. Jonny, ça reste Jonny. C’est le patron, c’est le boss. C’est les Stones, c’est Bruce Springsteen.

Comment imaginez-vous vos chances face à Clermont en finale ?

Clermont, c’est quand même des moyens surdimensionnés. On sait qui est derrière et qui les soutient depuis des années. Ça ne me pose pas de problèmes. Moi, j’ai monté un club de rugby avec mes petits doigts. J’essaie de monter ma petite économie et de générer des richesses. Ça veut dire qu’on est outsider face à tout ça. Sur un malentendu, on peut créer une surprise. Mais quand même Clermont, aujourd’hui sur le rugby que je vois, sur ce qu’ils ont démontré depuis le début de la saison, est favori de la finale de H Cup. C’est à l’arrivée que ça compte. A moins qu’ils n’aient 35 joueurs blessés, je ne vois pas comment ils ne seraient pas favoris. On va dire que ça sera du 51/49…

« Ce serait mieux que ce soit en France »

La finale doit se dérouler le 18 mai prochain, à Dublin. Allez-vous tenter de convaincre l’ERC d’organiser le match en France ?

Si vous êtes capable de faire pression sur l’ERC, je vous embauche tout de suite ! Ce serait mieux que ce soit en France. Il y aura au moins ce côté exotique avec l’Irlande. Bon, il n’y a pas de palmiers en Irlande… On aura l’impression de jouer la H Cup au moins.

Redoutez-vous un stade à moitié vide en Irlande, comme c’était le cas ce dimanche à Twickenham ?

Je pense qu’il y a eu des problèmes entre la fédération anglaise et l’ERC. On le sait, ce n’est pas très nouveau. Les Anglais n’étaient pas très motivés pour faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’ERC. A l’arrivée, ça ne nous gênait pas. S’il y avait eu 80 000 personnes, il y en aurait eu 60 000 de plus contre nous.

Il va falloir organiser le déplacement de vos supporters…

On va s’organiser. De ce côté-là, Clermont est en avance sur nous. Le comité d’entreprise Michelin organise bien les choses avec les supporters. Nous, on ne sait pas encore faire. Ça sera aussi pour nous l’occasion de se professionnaliser au niveau des déplacements de supporters.

Comment s’annonce la nuit du RCT ?

On va arriver à Toulon vers minuit et on va sortir. Je me réserve pour Toulon. L’Angleterre, c’est moyen quand même. Il y a les buveurs de vin et les buveurs de bière. Je fais partie des buveurs de vin !

A lire aussi :
- « Wilko » rapproche Toulon du paradis
- Clermont fonce en finale
- Bonnaire : « Le plus dur arrive »