RMC Sport

Français et Anglais créent leur Coupe d’Europe

Jonny Wilkinson et Steve Borthwick

Jonny Wilkinson et Steve Borthwick - -

Face au blocage des négociations pour la réforme de la H Cup, les ligues française et anglaise de rugby ont annoncé dimanche la création d’une nouvelle compétition continentale : la Rugby Champions Cup. Vrai projet ou coup de bluff ?

Deux Coupes d’Europe vont-elles coexister à partir de la saison prochaine ? Lassés par des mois de négociations infructueuses pour la refonte de la H Cup, les clubs français et anglais ont mis leur menace à exécution en annonçant dimanche la naissance de la Rugby Champions Cup, une compétition continentale alternative. « Elle sera basée sur le principe de qualification liée aux résultats sportifs, selon un format attractif, de haut niveau, et équitable entre les différentes ligues. Elle aura également vocation à s'ouvrir à de nouveaux pays européens. Les clubs français et anglais ont déjà confirmé leur engagement dans cette nouvelle compétition et une cellule de travail commune a été chargée de préparer son lancement lors de la saison 2014-2015 », explique le communiqué de la Ligue nationale de rugby (LNR), alliée sur ce dossier à son homologue anglaise.

Si ce coup de force n’est pas étonnant, le timing l’est davantage puisqu’un médiateur a été nommé vendredi dernier pour démêler les tractations sur un nouvel accord-cadre des compétitions du Vieux Continent. Locomotives économiques du rugby européen, les formations du Top 14 et de l'Aviva Premiership réclament depuis 2012 la mise en place d’un nouveau format de la H Cup (notamment la réduction de 24 à 20 équipes) et une répartition financière qui favorise moins les clubs celtes (irlandais, gallois, écossais) et italiens.

Lombard : « Une suite logique »

« C’est un signal envoyé à l’ERC (l’organisateur des coupes européennes, ndlr) pour dire : soit vous accédez à nos requêtes, soit on possède une structure déjà prête, qui pourrait entrer en activité dès la saison prochaine, analyse notre consultant Thomas Lombard. C’est la suite logique d’un bras de fer où tout le monde cherche à activer des leviers en sa faveur. Français et Anglais sont déterminés dans leur volonté d’obtenir une revalorisation financière et une qualification au mérite. » Pour voir le jour, le projet devra toutefois recevoir l’aval de l'International Rugby Board (IRB) et des fédérations nationales, ce qui n’est pas encore le cas. Si l’issue reste incertaine, la bombe lâchée ce dimanche devrait au moins permettre de faire enfin bouger les lignes.

A lire aussi :

>> Boudjellal : « L’exploitation du rugby a assez duré »

>> Top 14 : peur sur Biarritz

>> Top 14 : et maintenant, le tout-à-l’écran !

S.C. avec L.A.