RMC Sport

H Cup : Comment Mayol transcende Toulon

Matt Giteau

Matt Giteau - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Toulon, champion d’Europe en titre, reçoit le Leinster ce dimanche en quart de finale de H Cup (17h30) dans la fournaise de Mayol, où les Varois n’ont jamais perdu en trois saisons européennes.

C’est une habitude dont Mayol ne se lasse pas : les grands rendez-vous européens. Depuis les premiers pas du RCT en H Cup en 2010, le public varois est un facteur déterminant des folles épopées de son équipe. Et n’est pas étranger au titre décroché par le club de Mourad Boudjellal la saison passée face à Clermont (16-15) à Dublin. La difficulté avec lequel le bus avait fendu la foule pour atteindre le stade avant la demi-finale face à Leicester (21-15) reste notamment dans les mémoires. Ce dimanche (17h30), l’enceinte promet une nouvelle fois de bouillir pour le quart de finale face au Leinster et ses 3000 supporters attendus depuis Dublin. Pour s’offrir un nouvel après-midi de feu, les Toulonnais ont eu la bonne idée de terminer parmi les quatre meilleurs premiers de la phase de poules. Et ils ne s’en plaindront pas, dans un sport où gagner loin de ses bases nécessite une maitrise parfaite. Le Leinster, triple champion d’Europe (2009, 2011, 2012), ne manquera pas d’arguments pour y parvenir.

Toulon le sait mais connait aussi la recette pour mettre sous pression ses adversaires. « Il y aura 2500 ou 3000 supporters irlandais et j’ai envie qu’on les éteigne avec tout le respect qu’on a pour eux, explique Mourad Boudjellal. Mayol, ce n’est pas une église, Mayol c’est l’enfer. Celui qui vient à Mayol sait quand il y entre mais ne sait pas comment il en sort. Quand on vient ici, on ne peut pas être rassuré. Ils arrivent dans le stade le plus infernal en Europe avec les supporters les plus fous et l’ambiance la plus chaude. Il faut qu’ils le sachent. Toute une ville est derrière son équipe pour gagner ce match, quelle que soit la façon. » En trois saisons de H Cup, les Toulonnais ne se sont jamais inclinés à domicile. Si la série est encore loin de celle de Clermont (75 victoires de suite à Michelin), elle plante le décor.

Laporte : « Si O'Driscoll perdait à Mayol, il en garderait un souvenir à vie »

Passé par les London Irish, Delon Armitage a visité plusieurs stades européens mais ne se remet toujours pas de la folie Mayol. « Depuis que je joue en H Cup, je n’ai jamais connu de supporters aussi forts, s’enthousiasme-t-il. On les entend, ils sont avec nous même dans les temps durs. » Bernard Laporte, manager du RCT, voit même cette rencontre comme un jubilé européen en apothéose pour Brian O’Driscoll, le centre irlandais du Leinster, qui prendra sa retraite à l’issue de la saison. « Ce serait une bonne fin de terminer à Mayol, ce serait un bon souvenir pour lui, ironise-t-il. Il a joué vingt fois à Cardiff (où aura lieu la finale, ndlr). S’ils vont en finale, il ne retiendra aucun souvenir de Cardiff. Mais il n’a jamais joué à Mayol et s’il y perdait, il en garderait un souvenir à vie. Si le destin fait bien les choses, ça devrait être ça ! » Si sa prédiction s’avérait juste, Toulon recevrait de nouveau en demi-finale mais délocaliserait sa rencontre au Vélodrome, où le public varois garde aussi de bons souvenirs.

A lire aussi :

>>> H Cup : Clermont s’abonne au dernier carré

>>> H Cup : Toulouse prend la marée rouge

>>> RCT : Laporte de nouveau suspendu

NC avec FG