RMC Sport

Remontés, les Toulousains…

-

- - -

Trois jours après la date prévue et un week-end de pleine confusion, Toulouse risque d’accueillir froidement Glasgow avec une victoire bonifiée comme seul objectif.

C’est un jeu dangereux auquel ont joué les Ecossais de Glasgow depuis trois jours. Avec l’ERC au soutien permanent, les malheureux Calédoniens ont sérieusement asticoté les nerfs des champions d’Europe. Prévues samedi en fin d’après-midi, les vacances des Stadistes ont déjà été écornées de trois jours. Ils attendront mardi soir pour faire les bagages, après avoir puni – espèrent-ils – les Warriors pour le pénible délai enduré. Le soleil brille depuis trois jours, il fera presque dix degrés au coup d’envoi, leur attirail est arrivé. Cette fois, ils ne pourront plus reculer.

Arguments légers, victoire impérative

Ces « guerriers » qui n’osent jouer sans leurs protège-dents fétiches ni leurs semelles orthopédiques... Des arguments bien trop légers pour expliquer le double report selon les Toulousains fortement agacés ; une question d’assurance pour les Ecossais, mêlée peut-être à un brin de mauvaise foi. « Nous avons fait la proposition de tout leur acheter nous-mêmes, les protège-dents, les crampons et la boîte à pharmacie. Comme seule réponse nous avons eu le refus de jouer sous prétexte qu’ils n’ont pas leur équipement personnel », rouspétait dimanche René Bouscatel, le président des Rouge et Noir.

L’envie des Toulousains d’une victoire bonifiée est apparue d’autant plus impérative que les Wasps leur ont chipé la tête de la poule dimanche. Une défaite comme il y a deux ans (26-33) face à ces mêmes Warriors n’est pas une option. Un neuvième succès consécutif dans l’épreuve est la seule issue possible pour décrocher la première place et jouer le quart à domicile. Alors les ouailles de Guy Novès ne se sont pas dispersées une seconde et seront totalement mobilisées par l’enjeu. Face à des Toulousains remontés comme des pendules en retard de 72 heures, les Ecossais seront sans doute soulagés d’avoir enfin reçu – par rail – leurs protège-dents. Ça pourrait servir.

S.B.