RMC Sport

Coupe du monde de rugby à 7: les Bleues s'offrent une finale historique

Ce samedi à San Francisco, l'équipe de France féminine de rugby à 7 a créé la sensation en renversant l'Australie (19-12), championne olympique, pour s'offrir la première finale mondiale de son histoire.

Au bout du suspense, la délivrance. Ce samedi à San Francisco aux Etats-Unis, l'équipe de France féminine de rugby à 7 s'est imposée en demi-finale de la Coupe du monde contre l'Australie (19-12) après la sirène sur un troisième essai signé Anne-Cécile Ciofani. Les Bleues affronteront en finale dans la nuit (4h47) la Nouvelle-Zélande, tenante du titre, qui a surmonté l'obstacle américain dans la seconde demi-finale (26-21).

Ciofani, âgée de 24 ans et qui a débuté le rugby à 18 ans seulement, a fait basculer la rencontre en faveur des Bleues au bout d'une course fantastique, échappant au plaquage de deux joueuses sur le couloir gauche. Un dénouement inespéré pour l'équipe de Fanny Horta, maladroite en première période et plombée par l'exclusion temporaire de Marjorie Mayans pour un en-avant jugé volontaire par l'arbitre irlandaise Joy Neville.

Horta: "C'est magique"

Deux touches ratées, une erreur de placement défensif et les Frrançaises accusaient pourtant un retard de 12 points à la pause (12-0). Mais l'essai de l'espoir signé Chloé Pelle, en bout de ligne, relançait les Enragées (12-5, 9e). Et après une nouvelle pénalité, Horta fonçait dans l'axe pour égaliser sous le poteau droit (12-12, 16e).

Touchées par cette remontée, les Australiennes rataient ensuite leur balle de match, et Ciofani venait donc conclure pour l'essai de l'histoire (19-12, 19e). "C'est magique", a réagi la capitaine Horta, exemplaire dans le combat, sur Eurosport. "On voyait que physiquement on les mettait à mal, on savait que ça allait passer. On savait qu'il fallait être patientes, et garder notre rugby". Une confiance qui pourrait faire douter les ogres néo-zélandaises, qui ont peiné à se défaire des Américaines.

DW avec AFP