RMC Sport

Attention aux embûches canadiennes

François Trinh-Duc est reconduit à l'ouverture

François Trinh-Duc est reconduit à l'ouverture - -

Secoué par le sélectionneur Marc Lièvremont après la poussive victoire contre le Japon (47-21), le XV de France est attendu au tournant ce dimanche à Napier (10h30) face aux surprenants Canadiens.

« Soyez prêts et préparez-vous à un bon match ! » La mise en garde est signée du centre canadien Ryan Smith. Sur la lancée de sa victoire face au Tonga (25-20), mercredi, le Canada va se présenter devant la France, dimanche à Napier (10h30 heure française) en pleine confiance. Face à la quatorzième nation mondiale, l’obstacle ne paraît pas insurmontable pour les Bleus. Seulement, les hommes de Marc Lièvremont ont effrité leur capital-confiance face au Japon (47-21) le week-end dernier. Ils se sont certes imposés avec le bonus mais le passage à vide de quarante minutes et le retour des Nippons à quatre points (25-21) après une heure de jeu posent beaucoup de questions.

Marc Lièvremont, le sélectionneur, n’a pas hésité à critiquer publiquement certains joueurs (Yachvili et Harinordoquy notamment). Les Français vont devoir retrouver de la sérénité et de la qualité face à des « Canucks » coriaces et rugueux. A l’instar du Clermontois Jamie Cudmore, régulièrement dans le collimateur des arbitres du Top 14. « C’est un gros combattant, très puissant, qui joue en avançant, capable de mettre de grosses cartouches, a rappelé le troisième-ligne Imanol Harinordoquy. C’est un joueur dur. »

Seulement quatre jours de repos pour les Canadiens

S’ils peuvent être sûrs de rencontrer des problèmes, les Bleus ont un atout–maître : une meilleure fraicheur physique. Ils ont en effet bénéficié d’une semaine de repos complète avant leur deuxième match contre seulement quatre jours pour les Canadiens, qui ne disposent pas de la même profondeur de banc que celle des Français. « Je compatis. Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne, a d’ailleurs reconnu le technicien français lors du dernier point presse de samedi. Les puissants sont avantagés et les petits doivent se démerder, sinon ils assument. C’est la logique anglo-saxonne. Nous, nous sommes plus dans l’équité. »

Et à voir l’humeur noire de l’ancien troisième-ligne à quelques heures du match, on imagine que la semaine ne s’est certainement pas passée comme il le voulait. En manque de confiance, les Bleus qui ont au moins la faveur des pronostics, devront prouver à leur encadrement et à leurs supporters qu’ils peuvent répondre à la démonstration néo-zélandaise de la veille contre le Japon (83-7). Sinon…

Le titre de l'encadré ici

Lièvremont change presque tout|||

Comme il l’avait annoncé, Marc Lièvremont a opéré une large revue d’effectif pour le match face au Canada. Des quinze qui ont débuté contre le Japon, seuls William Servat, François Trinh-Duc, Vincent Clerc et Aurélien Rougerie, qui passe du centre à l’aile, ont été reconduits. Ce dernier a été nommé capitaine pour la première fois de sa carrière en Bleu. Côté canadien, le sélectionneur, Kieran Crowley, annoncera le XV de départ ce vendredi. Une incertitude plane sur la participation du troisième-ligne Chauncey O’Toole, touché à une cheville face au Tonga.

Le XV de France contre le Canada :

Traille - Clerc, Marty, Mermoz, Rougerie (cap) - Trinh-Duc (o), Parra (m) - Ouedraogo, Picamoles, Bonnaire - Papé, Millo-Chluski – Ducalcon, Servat, Poux.

Remplaçants : Guirado, Barcella, Pierre, Harinordoquy, Yachvili, Estebanez, Médard.