RMC Sport

Coupe du monde: l’Angleterre à l’heure des états généraux

-

- - DR

A trois jours du dernier match de leur équipe nationale, pour l’honneur ce samedi face à l’Uruguay, les journaux anglais déclarent les états généraux du XV de la Rose, déjà éliminé de « sa » Coupe du monde. Revue de presse.

Après « la fin du monde » puis « le jour d'après » ou encore « les jours de deuil », autant de résumé du (piteux) état de l'équipe de la Rose éliminée de son Mondial, la presse aujourd'hui déclare les états généraux pour sauver les joyaux de la couronne. Ou ce qu'il en reste. « Les intérêts particuliers doivent être jetés aux égouts », clame l'ex-ouvreur anglais Stuart Barnes dans un Times qui constate en bas de première page que « le rugby anglais (est) dans l'impasse, la fédération n'arrivant pas à convaincre les joueurs anglais à participer à l'analyse globale des raisons de l'échec de l'équipe d'Angleterre dans la Coupe du monde. »

Le Daily Express semble être dans le déni et appréhende l'équipe d'Angleterre par le seul prisme sportivo-sportif en détaillant sur une double page les avantages de la titularisation de Slade contre l'Uruguay, et ne participe pas au « Lancaster bashing », lui donnant même la parole avec un « Je n'ai rien à cacher », à propos de l'audit commandité par la fédération. Idem, et c'est plus surprenant pour le tabloïd Daily Mirror, qui étale sur deux pages un Lancaster accroupi mais le regard clair avec un titre résumant le papier : « Rien à cacher ».

Des airs de 2011

C'est comme souvent le Daily Telegraph qui consacre un véritable dossier large, étayé et informé sur l'audit que la fédération veut réaliser avec le concours des joueurs. La Une est sans équivoque : photo de l'équipe de dos durant les hymnes et ce titre « Le mur du silence », car ces mêmes joueurs sont solidaires pour l'instant pour ne pas participer à l'audit, de peur que leurs propos ne soient pas confidentiels.

Une situation qui ressemble comme deux gouttes d'eau au cauchemar déjà vécu en 2011 lorsque les Anglais avaient été éliminés sans gloire en quart de finale du Mondial par le France, avec frasques et dérapages en Nouvelle-Zélande et qu'un audit (déjà) avait abouti à un coup de torchon majuscule (Martin Johnson et son staff débarqués, des cadres rayés des cadres et un Lancaster imposé en homme providentiel... pour le résultat que l'on sait). Tout cela poussant le rédacteur en chef des sports du Telegraph Paul Hayward à signer un cinglant : « Non, non. Pas une nouvelle inquisition ».

Le pays de Galles en ébullition

La Roumanie victorieuse du Canada a droit à quelques photos légendes voire quelque petits papiers çà et là, idem pour la belle résistance uruguayenne face aux Fidjiens. La presse de la principauté galloise n'a cure des soucis du royaume voisin et se réjouit, comme le Western Mail, de « l'énorme weekend sportif qui approche », avec les rugbymen qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe du monde et qui vont jouer leur dernier match de poule contre l'Australie et leur équipe de football super performante en ce moment, à deux doigts de décrocher sa qualification pour l'Euro 2016. Un weekend que le South Wales Echo appelle « le super samedi », avec les deux stars des deux sports accolés, Bale le footballeur et Biggar le rugbyman.

Laurent Depret