RMC Sport

Coupe du monde: "Scandale", "quid de l'équité?" La presse mondiale furibarde après l'annulation de France-Angleterre

Ce jeudi matin, World Rugby a annulé officiellement la rencontre de samedi entre l'Angleterre et la France, en raison du typhon Hagibis. Revue de presse.

Pas de crunch pour clôturer cette phase de poule à la Coupe du monde au Japon. A cause du typhon Hagibis, World Rugby a préféré ne pas prendre de risques, annulant donc la rencontre Nouvelle-Zélande-Italie et Angleterre-France. Même si le choc opposait deux équipes déjà qualifiées, et donc comptait un peu pour du beurre, la pilule est difficile à avaler. Même si évidemment, ce ne sont pas du tout les mesures de sécurité qui sont remises en cause. 

"C'est un scandale d'avoir organiser la compétition pendant la saison des typhons, assène Martin Samuel, dans le Daily Mail. Au Japon, chaque année, elle a lieu entre mai et octobre, mais cela n’a pas empêché les organisateurs de programmer 28 rencontre en octobre. S’ils ont cherché à développer ce sport, ils n’ont donc pas pris en considération les défis extérieurs, qu’ils soient "géographiques ou géopolitiques", assène l'éditorialiste qui ne comprend pas pourquoi World Rugby n'a pas été capable de déplacer la Coupe du monde a une autre période plus clémente comme la fait la Fifa pour la Coupe du monde de football au Qatar.

Et l'équité sportive?

Quid de l’équité sportive? C’est en tout cas la question que se pose Virginie Phulpin sur Europe 1. En ce qui concerne la rencontre entre l’Angleterre et la France, son annulation ne posera pas plus de problèmes que cela, dans la mesure où les deux nations étaient déjà qualifiées pour les quarts de finale de la compétition.

Toutefois, les deux sélections vont arriver plus reposées que leurs prochains adversaires, respectivement l’Australie et le pays de Galles. Ces deux pays vont, de leur côté, bien disputer leur dernière rencontre de poule: "En tant que Français, on se dit que c’est très bien comme ça, que nos Bleus vont arriver en quarts sans avoir perdu, qu’ils auront le moral au plus haut. Mais si on se met deux secondes à la place des autres, tout de suite on trouve ça moins sympathique."

MM