RMC Sport

Ledesma « O’Gara n’est pas une m… »

Mario Ledesma aborde avec une sérénité déconcertante le match face à l’Irlande

Mario Ledesma aborde avec une sérénité déconcertante le match face à l’Irlande - -

Le talonneur des Pumas, Mario Ledesma, aborde avec une sérénité déconcertante le match face à l’Irlande, dimanche, au Parc ces Princes.

Mario Ledesma, l’Argentine est-elle favorite face à l’Irlande ?
(Rires) Vous voulez nous mettre sous pression, comme les français avant le premier match ? Bien sûr qu’il y a de la pression mais nous sommes isolés dans notre hôtel. On essaie donc de faire abstraction de tout ce qui peut se raconter dans la presse internationale ou argentine. A entendre les argentins, nous sommes les meilleurs du monde. On fait donc en sorte de rester serein, calme, sans se prendre de tête.

Que pensez-vous de cette équipe d’Irlande ?
Même s’ils ont réalisé trois non matchs, ça reste une très bonne équipe. Ils ne vont pas devenir nuls en six mois. O’Gara était l’un des meilleurs dix du monde et il serait devenu une merde six mois plus tard ! Ce n’est pas possible. C’est la même chose pour O’Driscoll. Il faut se méfier.

Vous attendez-vous à avoir le public contre vous ?
Il est évident que le public français va soutenir l’Irlande. Quand nous avons joué contre la Namibie et la Géorgie, ils n’ont pas arrêté de les soutenir. On s’attend donc à la même chose dimanche. Mais ce n’est pas gênant puisque nous avions 80 000 spectateurs contre nous face à la France. Et cela nous avait souri…

Que représente pour vous la France ?
L’équipe d’Argentine ne serait pas la même si nous n’avions pu émigrer dans le rugby professionnel. La majorité des joueurs évoluent en France. Nous avons été accueillis les bras ouverts. Même la Fédération nous a aidés pour que l’Argentine dispute des matchs internationaux sur ses terres. L’équipe de France de France est toujours venue chez nous. Nous en sommes très reconnaissants.

Comment voyez-vous l’avenir du rugby argentin ?
Il est très important pour le rugby argentin de briller durant cette coupe du Monde. Mais vis-à-vis des instances internationales, un bon résultat ne changera rien. On a exprimé à plusieurs reprises notre désir de jouer dans une compétition internationale régulière. A mon avis, ce n’est pas en jouant les quarts de finale que les choses changeront. Les résultats sportifs n’ont rien à voir. C’est juste une histoire de pognon.

La rédaction - Pierre Dorian