RMC Sport

Les Gallois si proches de l'exploit

Jaque Fourie

Jaque Fourie - -

Le premier coup d'éclat de la Coupe du monde aurait pu être l'oeuvre du XV du Poireau. Mais les partenaires du futur Perpignanais James Hook ont échoué à un petit point de l'Afrique du Sud, championne du monde en titre, ce dimanche à Wellington (16-17).

Au Cap, à Jo’Burg et à Pretoria, la Coupe du monde a débuté ce dimanche par un grand « ouf » de soulagement. Car il s’en est fallu de peu pour que l’Afrique du Sud doive se résoudre à entrer dans la compétition de la plus mauvaise des manières. D’un point, précisément. C’est tout ce qui a séparé le pays de Galles du premier exploit de l’édition 2011. Face aux champions du monde en titre, les joueurs du Néo-Zélandais Warren Gatland se sont permis le luxe de dominer la deuxième mi-temps de la rencontre à Wellington. Mené à la pause (6-10), après avoir encaissé un essai de François Steyn dès la 4e minute, le XV du Poireau a pris les devants au retour des vestiaires grâce à un essai du Tongien d’origine, Toby Faletau (54e).

Et les Gallois ont eu deux balles de match dans les dix dernières minutes. François Hougaard venait de redonner l’avantage aux Springboks (65e) quand Rhys Priestland a manqué un drop face aux poteaux, sur la ligne des 22 mètres (70e). Puis c’est le futur Perpignanais James Hook qui a raté une belle occasion de faire tomber l’Afrique du Sud en ne convertissant pas une pénalité à sept minutes de la fin. Grâce à ce court succès, les hommes de Peter de Villiers s’assurent presque la première place du groupe D. Mais ils laissent la plus mauvaise impression des trois équipes de l’hémisphère Sud, après les victoires tranquilles des All Blacks contre les Tonga et des Wallabies contre l’Italie.

Laporte : « Les Gallois m'ont fait forte impression »

« On a vu que les Springboks étaient prenables », analyse Denis Charvet, ancien trois-quarts centre international. Alors que le pays de Galles, de son côté, se replace dans la hiérarchie européenne. Battus par l’Angleterre et la France dans le dernier Tournoi des VI Nations, les Gallois ont été très séduisants sur la pelouse de Wellington. « Ils m’ont fait forte impression, reconnait Bernard Laporte, l’ancien sélectionneur du XV de France. Ils enchainent bien, ils jouent les intervalles, ils tiennent bien le ballon. Ils sont disponibles, il y a beaucoup de soutien et de présence dans les rucks. Ils peuvent embêter tout le monde. » Si la victoire leur a échappé, les Gallois n’ont pas tout perdu. Leur crédit a considérablement augmenté.