RMC Sport

Maka : « La faiblesse des Bleus ? Leurs centres »

-

- - -

Le troisième ligne des Tonga livre, sans détour, la recette pour battre l’équipe de France, samedi (7h00) et vise en particulier la mêlée et les centres français. Il regrette aussi la non-sélection de ses anciens coéquipiers toulousains.

Finau, dans quel état d'esprit abordez-vous le match face à la France, samedi, décisif pour la qualification en quarts de finale ?

On est bien. On a gagné le dernier match contre le Japon (31-18). C’est bien pour la confiance. Tout le monde est prêt pour samedi. On y croit encore. Les Tonga ne se sont jamais qualifiés pour les quarts de finale. Tout le monde prie pour gagner et marquer quatre essais.

Beaucoup de joueurs des Tonga évoluent en France (six titulaires et trois remplaçants évoluent en Top 14, Pro D2 et Fédérale 3). Est-ce un avantage pour vous avant d'affronter les Bleus ?

C’est bien pour nous de connaitre leurs joueurs forts et leurs faiblesses. Ça va beaucoup nous aider. Quand nous avons analysé l’équipe de France, nous nous sommes rendus compte que nous connaissons très bien leurs joueurs. J’ai déjà envoyé des textos à « Titi » (Thierry Dusautoir), Maxime (Médard), Jean-Baptiste (Poux) et William (Servat) pour leur souhaiter bonne chance.

Quelles sont les faiblesses de l'équipe de France ?

Peut-être qu’ils ont une faiblesse au niveau des centres, du fait qu’Aurélien Rougerie ne soit pas un centre de métier. Lui et Maxime Mermoz n’ont pas beaucoup de vécu commun. La première ligne a aussi montré quelques signes de fébrilité. On peut les cibler en mêlée.

Pourquoi jugez-vous les centres français perfectibles ?

Mes deux centres préférés n’ont pas été pris : Florian Fritz et Yannick Jauzion. Ils ont gagné le championnat l’année dernière en faisant briller Vincent Clerc, Cédric Heymans et Maxime Médard qui marquaient des essais pendant qu’eux faisaient le sale boulot. Personnellement, je mettrais Dimitri Yachvili en 9, François Trinh-Duc en 10, Florian Fritz et Yannick Jauzion au centre, Maxime Médard, Vincent Clerc ou Cédric Heymans aux ailes et Clément Poitrenaud, qui n’est pas dans le groupe, à l’arrière.