RMC Sport

Mondial 2023: Laporte a écrit à World Rugby pour "que la France soit placée devant" dans le rapport

Bernard Laporte

Bernard Laporte - AFP

Dans un entretien à l'AFP, Bernard Laporte a indiqué qu'il avait écrit à la Fédération internationale de rugby pour que les conclusions du rapport recommandant l'Afrique du Sud comme pays hôte de la Coupe du monde 2023 soit changées.

Bernard Laporte ne digère pas. Quelques jours après que le rapport de World Rugby recommande l'Afrique du sud plutôt que la France et l'Irlande comme pays hôte de la Coupe du monde 2023, le président de la FFR passe à l'offensive. Dans un entretien à l'AFP, il confirme avoir écrit à World Rugby pour que les conclusions rendues par la commission d'évaluation soient modifiées, comme Serge Simon nous l’avait indiqué vendredi.

A lire aussi >> Coupe du monde 2023: "C’est presque grotesque", s’insurge Serge Simon après le rapport de World Rugby

"On a analysé le rapport: il y a six points qui font qu'on est derrière l'Afrique du Sud, surtout deux sur lesquels ce n'est pas possible, déclare Laporte. Il y a d'autres points, comme le fait qu'on dise que 20% de nos bénéfices serviront au développement du rugby dans le monde, qui ne sont pas pris en compte. On nous dit que nos hôtels sont moins bien qu'en Afrique du Sud alors qu'on est le pays le plus visité au monde."

"On nous dit qu'à Saint-Etienne, il n'y a pas assez de chambres, alors qu'ils ont organisé le championnat d'Europe de football il y a un an. On nous dit que les stades sont moins bons qu'en Afrique du Sud, alors qu'ils sont neufs. On est moins bien notés sur le dopage parce qu'on nous dit qu'on est trop sévères!"

"Que la France soit placée devant"

Les incompréhensions de l'ancien sélectionneur du XV de France ne s'arrêtent pas là. "Sur la sécurité, on est au même nombre de points alors qu'il y a 52 morts par jour en Afrique du Sud. C'est un truc de fou, lâche-t-il. Nous avons donc écrit à World Rugby et à Bill Beaumont (le président, ndlr) pour avoir des réponses à ces questions et pour que ce soit changé, c'est-à-dire que la France soit placée devant. Et on a envoyé ce courrier à toutes les fédérations. C'est parti aujourd'hui."

A lire aussi >> Coupe du monde 2023: "Peut-être que c'est de l'arrogance", mais la France pense toujours qu'elle a le meilleur dossier

"Les quelques présidents de fédération que nous avons eus au téléphone ne comprennent pas, poursuit Laporte. Ils disent que ce n'est pas possible. Il y a trois nations majeures qui nous ont dit: "on s'en fout de leur rapport. On l'analyse et on tranchera". Beaumont n'a pas appuyé l'Afrique du Sud, on ne va pas l'incriminer. Il a dit: aujourd'hui, l'Afrique du Sud est favorite. On va lui dire: non, ce n'est pas vrai. Et surtout, ce n'est pas aux salariés (de World Rugby) de voter, c'est aux élus. C'est là-dessus que nous allons insister auprès des présidents de fédération." Le lobbying risque d'être intense jusqu'au vote, le 15 novembre à Londres.

A lire aussi >> Coupe du monde 2023: «Pourquoi ce serait une surprise?», explique le Sud-africain Mark Alexander

VIDEO - Coupe du monde 2023: Laporte "surpris" par le rapport soutenant l'Afrique du Sud

AA avec AFP