RMC Sport

Rugby : le mal de tête Anglais

-

- - AFP

Pour les Anglais, la défaite de samedi (25-20) face à la France a laissé des traces. Jusqu’ici sûrs de leurs forces et de leur jeu, les hommes de Stuart Lancaster ont vacillé comme jamais sur leurs fondations. Au point de remettre en cause, à trois jours de l’annonce de la liste des 31, une hiérarchie établie depuis longtemps à certains postes.

Tout allait bien pour le XV d’Angleterre. Malgré une première place ratée de peu (pour un un essai seulement) derrière l’Irlande dans le dernier Tournoi des 6 Nations, la préparation physique de titans et la victoire dans le premier match de préparation contre la France à Twickenham (19-14) avaient donné une grande confiance aux joueurs du XV de la Rose. D’autant que ce succès, sur la route de leur Coupe du monde, avait été acquis quasiment avec une équipe B. Et que les titulaires allaient rentrer au Stade de France, les pectoraux gonflés à l’idée de fesser les Français une deuxième fois. Patatras…

Rossés devant et dominés outrageusement en mêlée, percés derrière avec en point d’orgue l’essai de Yoann Huget sur un simple service intérieur de Michalak après une fixation de Bastareaud, les Anglais ont failli couler. Leur retour (de 25 à 6 à 25 à 20 dans le dernier quart d’heure) n’y a rien fait. Une image va alors marquer les esprits : celle du sélectionneur Stuart Lancaster, descendu sur la pelouse et réunissant ses joueurs en cercle à l’issue du match. Il fallait voir sa mine grave après le conciliabule, de retour vers les vestiaires.

Deux entraînements avant la liste

Conséquence immédiate : Lancaster a décidé de fixer l’annonce de sa liste définitive des 31 pour la Coupe du monde jeudi en début d’après-midi. D’abord, il veut que son groupe livre deux entraînements mardi et jeudi matin, avec notamment des oppositions, avant de trancher. Ça promet de piquer sur le terrain… car le squad anglais est tombé de haut et de son côté, la presse anglaise lui est tombée dessus. Elle n’a pas attendu pour, déjà, fustiger les manques de l’équipe : au poste de talonneur, où Tom Youngs et Jamie George n’arrivent pas à faire oublier le trop indiscipliné et puni Dylan Hartley. Le demi d’ouverture George Ford a de son côté livré une de ses pires prestations samedi dernier et sa récente avance sur Owen Farrell a fondu comme neige au soleil. A l’arrière, Alex Goode pourrait profiter de la longue absence du titulaire Mike Brown (pour commotion) et sa mauvaise prestation de samedi. Enfin, le choix le plus délicat se fera au centre où il faut enlever deux éléments parmi Burgess, Twelvetrees et Slade pour accompagner le trio Burrell-Joseph-Barritt.

Les Anglais n’ont plus vraiment de certitudes. Et comme le résume Mike Cleary dans « The Telegraph » : “Pour l’Angleterre, la tempête est arrivée tôt, balayant toutes les bonnes ondes”. Et d’aller jusqu’à penser que si le XV de la Rose ne progresse pas après cette défaite, elle ne sortira pas de la poule A (avec l’Australie, le pays de Galles, Fidji et l’Uruguay)…

WT