RMC Sport

Déjà une victoire pour les Bleus

Yoann Huget en pleine séance d'autographes

Yoann Huget en pleine séance d'autographes - -

En Haute-Loire depuis une dizaine de jours à l’occasion de son stage au Chambon-sur-Lignon, le XV de France s’est montré ouvert et disponible pour ses supporters, à l’image du succès rencontré ce dimanche pour le deuxième entraînement en public. La comparaison avec le ballon rond tourne à l’avantage de l’ovalie.

Les plus jeunes des Chambonnais auront peut-être quelques larmes à sécher mardi quand la caravane du XV de France s’éloignera. De leur arrivée en Auvergne, il y a une dizaine de jours, à leur dernier entraînement en public ce dimanche matin, les joueurs de Marc Lièvremont n’ont eu de cesse de faire des heureux dans la petite commune de Haute-Loire. Disponibles et souriants malgré la lourdeur de la préparation physique et les interminables remontées à l’hôtel en VTT, ils ont conquis le Chambon-sur-Lignon. Où les habitants étaient plutôt habitués jusque-là à voir des footeux assez renfermés sur eux-mêmes.

« Les rugbymen se déplacent en VTT, pas en minibus comme les footeux, apprécie Guillaume Chazot, le propriétaire du Bel Horizon, où les Bleus séjournent. Ils vont et viennent librement dans la commune, seuls ou par groupes, et ne refusent jamais un autographe ou une photo. » Comme mercredi, lors de la première séance ouverte au public, Thierry Dusautoir et les siens se sont prêtés dimanche matin sans sourciller au petit jeu des signatures devant 2 000 personnes. Ils ont même insisté, après deux heures de musculation et une opposition, pour que le laps de temps dévoué aux autographes soit maintenu malgré la pluie et le froid (6°C). « Ils sont sympas, accessibles, conviviaux », savoure l’un des heureux bénéficiaires d’un précieux paraphe.

Une cote d’amour qui semble difficile à atteindre pour les cousins éloignés du ballon rond. Les joueurs de Saint-Etienne, qui se rendent au Chambon depuis huit ans, et de Lille, qui prendront la suite des rugbymen mardi, ont du pain sur la planche pour réduire l’écart. « Moi, j’ai vu passer Pascal Papé, explique un Chambonnais. Je l’ai appelé. Eh bien, il s’est arrêté et il a discuté avec nous. Il faut espérer maintenant que le hand ou le foot féminin vienne à Chambon. » Les Experts et les demoiselles de Bruno Bini plutôt que le foot au masculin. « J’en ai parlé à Christophe Galtier, l’entraîneur de Saint-Etienne, explique Guillaume Chazot, ancien pensionnaire du centre de formation des Verts. Si les footeux veulent égaler les rugbymen, ils vont devoir faire des efforts ! »