RMC Sport

Coupe du monde féminine: “On a enfin osé en attaque”, souligne Hermet après le carton des Bleues contre les Fidji

Victorieuses des Fidji (44-0) pour leur dernier match de poule, les Bleues ont prouvé qu’elles avaient des armes sur le plan offensif, un aspect de leur jeu trop discret depuis le début de la Coupe du monde. 

Il y avait du soulagement en zone mixte, celui d’avoir passé le cap des poules, mais aussi celui d’avoir fait une démonstration offensive beaucoup plus complète qu’auparavant. Faciles en défense, les Bleues ont muselé les Fidjiennes (44-0) dans la lignée de leur performance contre l’Angleterre et ont démontré, par la même occasion, une bonne partie de leur palette offensive. 

"Les filles ont été plus ambitieuses"

"On s’est plus lâché, on a enfin osé. C’était le mot d’ordre de la semaine: tenter des choses en attaque. Nous avons eu la possession et nous avons réussi à exploiter tous ces ballons”, analysait la capitaine Gaëlle Hermet. Le XV de France a inscrit 7 essais face aux Fidji, dont 5 provenant des trois-quarts. “On a pris plaisir à jouer derrière, il y a eu de belles envolées. On a osé jouer à la main tout simplement”, explique l’ouvreuse Jessy Trémoulière.

Côté staff, la performance offensive face aux Fidji a rassuré. “Forcément très satisfait de notre match avec plus de 40 points inscrits. Avec cette revue d’effectif, c’est forcément positif. Les filles ont été plus ambitieuses, il y avait plus de duels, plus d’essais par les trois-quarts. On a répondu présent sur ce domaine-là, et c’est de bon augure pour la suite”, a commenté le sélectionneur Thomas Darracq.

“Sur les prochains matchs, ces erreurs pourraient nous coûter cher”

L’heure est aux réjouissances, mais le XV de France a encore été confronté à des fautes de main, des passes mal adressées, des choix offensifs inadaptés à la situation. Le XV de France a parfois cherché à trop faire, notamment en première mi-temps, contre un système défensif fidjien qui laissait de nombreux espaces. “Elles nous ont secouées pendant la première demi-heure, ça a été dur dans les contacts. On savait que cette première demi-heure allait être compliquée”, concède Gaëlle Hermet.

Au cœur de l’animation offensive, Jessy Trémoulière souligne aussi ces “scories” qui ont perturbé le jeu des Bleues. “On fait beaucoup de fautes de main qui nous gâchent des actions d’essais. À certains moments, nous n’avons pas été pragmatiques. Il va falloir gommer ces erreurs-là. Sur les prochains matchs, elles pourraient nous coûter cher. On passe dans une partie de la compétition où ça va se jouer sur des détails”, explique la demie d’ouverture.

Un quart de finale contre l’Italie ou l’Australie?

Assurée de terminer meilleur deuxième de la compétition, la France a de fortes chances d’affronter son voisin transalpin, en cas de victoire de celui-ci demain contre le Japon (01h45). Sinon, ce sera l’Australie. Par ailleurs, la France devrait rester à Whangarei pour disputer son quart de finale, qu’importe l’adversaire, au Northland Events Centre.

Avoir à affronter l’Italie ne sera pas une revanche selon Safi N’Diaye, deuxième ligne du XV de France : “On a basculé après ces matchs de préparation (victoire 21-0 et défaite 26-19 en septembre dernier). Nous sommes en Nouvelle-Zélande et ce seront des quarts de finale de Coupe du monde, ce ne sera pas du tout une revanche. Ce ne sont pas les mêmes enjeux.”

Gauthier Baudin