RMC Sport

France-Argentine : les Bleus finissent sur une fausse note

Yoann Huget

Yoann Huget - AFP

Après deux succès en deux rencontres face aux Fidji (40-15) et à l’Australie (29-26), les Bleus ont manqué la passe de trois en s’inclinant face à l’Argentine ce samedi (18-13). Un troisième test-match en dents de scie, durant lequel le XV de France a surtout brillé par son manque d’inspiration.

Ils nous avaient donné envie d’y croire... Après leurs succès face aux Fidji (40-15) et surtout face à l’Australie (29-26), les Bleus semblaient partis pour une tournée d’automne parfaite. Trop facile pour ce XV de France qui, comme souvent, a gâché sa série en s’inclinant face à l’Argentine ce samedi, dans son troisième et dernier test-match de ce mois de novembre (18-13). Une rencontre hachée, à l’image des performances des Bleus depuis déjà plusieurs années.

Sur le papier, les Français n’ont pas démérité : aucune touche et aucune mêlée de perdues en première période, une domination physique assez nette... Voilà pour le positif. En face, les Pumas, à défaut de briller dans le jeu, l’ont fait par leur réalisme : Sanchez, presque impérial au pied (une pénalité manquée) a inscrit 15 des 18 points argentins. Aucun essai mais quatre drops et deux pénalités.

« On tombe face à une équipe extrêmement bien organisée, très efficace, résume Thomas Lombard, membre de la Dream Team RMC Sport. On ne parvient pas à trouver nos marques, on perd des ballons, on utilise très peu le jeu au pied. » Bien loin de la discipline mais surtout de l’inspiration des deux précédentes rencontres.

Trop d’approximations, trop de fautes, trop de fébrilité pour espérer prendre l’ascendant au tableau d’affichage, à l’image de cet en-avant de Menini avant la pause (38e), alors que la France enchainait bien les passes. Ajoutez à cela un cruel manque de réussite avec un poteau trouvé par Spedding (20e)… Frustrant. A tel point que les esprits s’échauffent avant la pause : provoqué par Cubelli, Fofana s’énerve et Papé s’en mêle. Les épaules se frottent jusque dans le couloir… Vous avez dit fébrilité ?

Maxime Médard
Maxime Médard © AFP

Lombard : « Une faillite stratégique »

Sans Teddy Thomas, auteur de quatre essais face aux Fidji et à l’Australie et privé de match pour avoir manqué un entrainement, les Tricolores ont peiné à trouver l’étincelle, la petite inspiration pouvant les sortir de leur torpeur. Jusqu’à cette 57e minute : une percée de Yoann Huget, stoppé à cinq mètres de la ligne. Fofana, bien servi par Kockott, file à l’essai. Lopez transforme et permet aux Bleus de recoller au score. Efficace à défaut d’être génial. « Dans le dur, on a trouvé un premier élément de réponse avec une variation stratégique qui amène immédiatement une solution » juge Lombard. Une pénalité de Kockott plus tard (64e), revoilà les Français au contact.

Il faut attendre la toute fin de rencontre pour voir les Bleus se montrer (enfin) tranchants : devant un stade de France debout, les Tricolores font le siège autour de l’en-but argentin, à cinq mètres de la ligne d’essai. Servi par Talès, Spedding est bien entré en Terre Promise… mais sans aplatir (80e+4). Comme un symbole de l’inefficacité française. « On a stratégiquement mis une mi-temps à se régler et c’était trop, résume Thomas Lombard. L’Argentine a fait un match extrêmement propre avec de l’enthousiasme. On a fait mieux en seconde période mais ça n’a pas suffi. C’est une faillite stratégique sur 40 minutes. »

Philippe Saint-André rêvait d’un 100% qui aurait fait taire les critiques autour de son XV de France. Le sélectionneur se contentera d’un deux sur trois encourageant à défaut d’être flamboyant. Mais après tout, voilà peut-être un mal pour un bien : en 2012, déjà sous Philippe Saint-André, le XV de France avait remporté ses trois test-matches (face à l’Australie (33-6), l’Argentine (39-22) et les Samoa (22-14))… et s’effondraient derrière dans le Tournoi des VI Nations, avec trois défaites consécutives.

A.Bouchery