RMC Sport

France – Irlande : promesses presque tenues

Pascal Papé

Pascal Papé - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L’équipe de France a terminé son Tournoi des VI Nations par une défaite face à l’Irlande (22-20). Mais face à un XV du Trèfle vainqueur de la compétition, les hommes de Philippe Saint-André ont rendu leur meilleure copie en cinq matchs.

Au moins, ils n’avaient pas de pression. Et pour ces Bleus, c’est loin d’être anodin. Après la large victoire anglaise en Italie un peu plus tôt dans l’après-midi (52-11), le XV de France savait que pour gagner le Tournoi, il fallait battre l’Irlande avec… 71 points d’écart. Autrement dit, un écart impossible à combler face à des Irlandais qui jouaient eux aussi la victoire dans ce Tournoi, mais avec des chances bien supérieures aux Tricolores. Si les Bleus ont perdu de deux points (22-20), c’est avec la tête haute et la promesse, tenue, d’avoir réalisé un grand match, qu’ils ont quitté la pelouse du Stade de France.

Car malgré trois victoires et seulement une défaite depuis le début de la compétition, ce sont les doutes et les critiques qui accompagnaient un XV de France, il faut bien le dire, vraiment pas emballant. Absence de pression ou vraie révolte, toujours est-il que les hommes de Philippe Saint-André ont rendu leur meilleure copie du Tournoi. Volontaires, à l’image d’un Louis Picamoles revenu en grâce aux yeux de PSA et qui a avancé sur quasiment chaque prise de balle, les Bleus sont vite entrés dans le match. Mais comme toute équipe en phase de rétablissement, la rechute est soudainement arrivée et l’Irlande, qui s’impose pour la 2e fois en France depuis 40 ans, en a profité pour remporter ce Tournoi 2014. L’autre promesse des Bleus, celle de conclure l’épreuve par une victoire, attendra.

Une défaite référence ?

Sur les deux seules attaques de la 1ère mi-temps, Jonathan Sexton (21e) et Andrew Trimble (26e) ont filé dans l’en-but tricolore. L’essai de Brice Dulin (31e), après une belle passe volleyée de Yoann Huget, a permis aux Français d’être devant à la mi-temps (13-12). Un avantage mérité mais qui a volé en éclats au retour des vestiaires. A l’image du duo Médard-Dulin, incapable de stopper l’offensive irlandaise conclue par le doublé de Sexton (13-19, 47e).

Titulaire pour la 1ère fois dans ce Tournoi, Gaël Fickou a été moins flamboyant que dans son rôle de joker. Son coéquipier au centre, Mathieu Bastareaud, a quant à lui été très présent, causant quelques tracas à Brian O’Driscoll (35 ans), qui tirait sa révérence en sélection. Pour les autres certitudes, Saint-André peut s’appuyer sur la belle mais vaine révolte insufflée par l’essai de Dimitri Szarzewski (20-22, 63e). A un an et demi de la Coupe du monde, le sélectionneur tricolore, qui n’a pas toujours pas connu la victoire face à l’Irlande à la tête des Bleus, a peut-être trouvé son match référence… dans une défaite. Mais ce XV de France n’est plus à un paradoxe près.

A lire aussi :

>> Revivez France-Irlande

>> Le classement des VI Nations

>> EN IMAGES : les filles et les U20, le rugby français qui gagne !

Alexandre Alain