RMC Sport

France-Tonga : La victoire sinon rien !

Le XV de France

Le XV de France - -

Toujours sans victoire en 2013, le XV de France va tenter de renouer avec le succès, ce samedi face aux Tonga (18h). Et d’évacuer, aussi, le mauvais souvenir du Mondial 2011 face à ce même adversaire.

Après les regrets et les motifs de satisfaction, place au constat. Amer. Vaillants face aux All Blacks samedi dernier, les joueurs de Philippe Saint-André ont enregistré, surtout, une septième défaite de rang en 2013. Si le bilan -il faut bien le rappeler- comptabilise quatre sorties face aux Néo-Zélandais, il n’occulte en rien le fait que ces Bleus-là ne gagnent plus. Il s’agirait grandement de renverser la tendance… « Nous avons besoin de produire un bon contenu, mais surtout de victoires et gagner des matchs après quatre confrontations contre la Nouvelle-Zélande » a notamment rappelé Philippe Saint-André cette semaine.

Pour le contenu, l’espoir est de mise. « Nous avons fait beaucoup de progrès, de bonnes choses », relève le deuxième ligne Pascal Papé. La dernière copie rendue par le XV de France a, en effet, été plus qu’encourageante, notamment dans des domaines-clés comme l’engagement et le combat. « Il faut continuer sur ce qu’on est en train de faire, insiste Papé. Le meilleur moyen est de terminer cette série de défaites par une victoire. » Qui aurait encore plus de poids et de symbole face aux Tonga, invité ce samedi du Stade Océane, au Havre (18h). Souvenez-vous : c’étaient eux qui avaient terni le dernier match de poules des Bleus au Mondial 2011 (14-19), plongeant tout le groupe de Marc Lièvremont dans un sentiment de honte… et de doute, aussi. Donc de revanche, plus de deux ans après.

Papé : « Pas le droit de passer au travers »

« Forcément, on doit l’avoir puisque tout le monde nous en parle de ce match, estime Dimitri Szarzewski. Même si on a envie de passer à autre chose, on nous rappelle sans arrêt cette défaite. Forcément on y pense, on en a parlé cette semaine pour prévenir les plus jeunes. Il faut se servir de cette défaite… mais sans esprit revanchard, parce que ça fait un petit moment maintenant. » Que les Bleus depuis ont changé. « Sur les 30 joueurs retenus, il n’y a seulement que quatre ou cinq joueurs qui avaient joué contre les Tonga, rappelle Pascal Papé. Ce n’est pas la même compétition non plus, pas le même contexte. »

Mais… la rencontre ne s’annonce pas gagnée d’avance, comme à chaque fois face aux Tonga, contre qui le bilan est équilibré (2 victoires, 2 défaites). « Ça va être un match rugueux, avec beaucoup d’agressivité, d’impact physique, assure le joueur du Stade Français. Ce sera la clé du match donc il faudra être à la hauteur. » Les Tonga, eux, seront au rendez-vous, c’est promis, bien décidés à faire un coup au Havre après avoir chuté face à la Roumanie le week-end dernier. « Je pense que tout est possible. Nous faisons cette tournée avec la connaissance, l'assurance que cette équipe de France aura en tête un esprit de revanche, confie le capitaine tonguien Nini Latu. Nous, nous sommes bien préparés pour ce match et nous aussi, nous avons faim sur le sol français. » Plus que les Bleus ? Pas sûr. « Je crois qu’on est averti, on n’a pas le droit de passer au travers, martèle Papé. Ce serait une faute professionnelle. » Le mot est lâché. Aux Bleus, renforcés par la fraîcheur de Sofiane Guitoune et de Gaël Fickou, titulaires, ainsi que la bouteille de Frédéric Michalak, de renouer avec le succès. Le Stade de France, samedi, avait commencé à vibrer. Le Stade Océane, lui, ne demande qu’à exploser de bonheur. ..

A lire aussi

>> XV de France : après les progrès, les résultats ?

>> Papé : « Pas le droit de passer au travers »

>> Les motifs d'espoir de Saint-André

A.D