RMC Sport

Hernandez : « Le Four Nations, c’est géant ! »

Juan Martin Hernandez

Juan Martin Hernandez - -

Au repos pour les tests-matchs contre la France, l’ouvreur argentin du Racing postule au prochain Four Nations (18 août au 6 octobre), qui marquera l’entrée en lice des Pumas aux côtés des All Blacks, des Springboks et des Wallabies.

Juan, qu’avez-vous pensé de la victoire des Pumas contre la France samedi dernier à Cordoba (23-20) ?

L’équipe de France a été dominatrice dans tous les secteurs, même dans les duels. Mais elle a commis quelques fautes. Je pense qu’elle a proposé un très bon jeu, qu’elle a été très performante en touches et en mêlées. Je croyais qu’elle allait remporter le match. Mais je suis très content parce que l’Argentine a gagné et qu’il y a beaucoup de jeunes qui ont débuté. Et ils ont battu la France, quand même.

Le second match va-t-il être différent, samedi à Tucuman ?

Je ne sais pas. Je pense que la France va être encore plus dominatrice dans les duels. Les joueurs vont être énervés. Ils vont vouloir prendre leur revanche, évidemment. Ça va être très sérieux de la part des Français. Et aussi de la part des Argentins. Après trois semaines de travail, c’est toujours mieux. Ça va être un match très intéressant. On espère qu’il y aura plus de jeu, au moins de notre part. Les Français ont très bien joué. Ils ont quelques problèmes à régler.

Qu’est-ce qui a changé en Argentine depuis cinq ou dix ans ?

Il y a plus d’organisation. C’est plus structuré. Le rugby a beaucoup grandi. Dans le pays, les gens s’y intéressent plus. Toutes les équipes d’Argentine sont bien en forme en ce moment. Il faut en profiter. Mais il ne faut croire que tout est fait. Il y a une échéance importante qui arrive (l’entrée dans le Four Nations, ndlr). Il faut être calme, ne pas se prendre la tête.

« Un moment de croissance, d’apprentissage »

Avez-vous envie de jouer le Four Nations (18 août – 6 octobre) ?

Oui, bien sûr, j’ai très envie de le jouer. Ça fait longtemps que je ne suis pas dans l’équipe. Revenir pour ce tournoi, si j’en ai la chance, ce sera magnifique. Pour l’Argentine, pour le rugby mondial, c’est important. Le niveau va monter. C’est un moment de croissance, d’apprentissage. Pas seulement pour les joueurs, mais aussi pour la Fédération, le public, les journalistes. C’est nouveau pour tout le monde. C’est géant ! Il faut que tout le monde soit à la hauteur.

Comment avez-vous accueilli la promotion de Gonzalo Quesada, qui sera votre entraîneur en chef au Racing et le premier Argentin à tenir ce rôle en Top 14 ?

J’ai lu ça. Je ne suis pas trop au courant. Mais je suis content pour lui. Ça montre qu’il a de bonnes qualités d’entraîneur et de manager. C’est un mec très ouvert sur le plan humain, très technique et appliqué sur le plan rugbystique.

Propos recueillis par Laurent Depret