RMC Sport

Huget risque gros

Yoann Huget

Yoann Huget - -

Déjà privé de Coupe du monde et suspendu trois mois par sa Fédération pour avoir manqué aux obligations de localisation, le joueur de l’Aviron Bayonnais va plaider la négligence devant l’AFLD, jeudi dans la matinée. Pas sûr que cela suffise pour infléchir le gendarme de la lutte antidopage qui devrait alourdir la sanction.

« Le tarif quand on monte à Paris, c’est trois mois de plus. » Le Bayonnais Yoann Huget arrive jeudi dans la capitale, flanqué de son avocat Romuald Palao et de celui du club Paul Mauriac, pour tenter d’écarter l’épée de Damoclès qui pèse sur sa tête depuis cet été. La tâche s’annonce difficile. A 10h30, le trois-quarts aile international de l’Aviron va tenter de convaincre les membres du collège de l’Agence française pour la lutte contre le dopage (AFLD) qu’il a déjà payé cher ses trois infractions au règlement antidopage. Deux « no show » et un retard dans la transmission des informations de localisation entre le 24 mars et le 20 juin 2011 qui ont entrainé le 4 août son éviction du groupe tricolore pour la Coupe du monde et trois mois de suspension par la FFR.

« J’ai déjà loupé une Coupe du monde et une phase aller de championnat, et si on fait l’addition de tout ce que je n’ai pas fait, à mon humble avis, je ne sais pas ce que je pourrais prendre de plus », nous déclarait il y a peu le joueur de 24 ans qui a retrouvé les terrains le 27 novembre. Huget débarque à Paris avec 186 minutes de jeu et deux essais dans la besace, mais il n’est pas certain qu’il augmente de beaucoup son temps de jeu cette saison. Les cas pour défaut de localisation jugés par l’AFLD ne plaident pas en faveur du joueur de l’Aviron. Huit athlètes, le dernier en date en septembre étant Félix Pruvot, membre de l’équipe de France de voile, ont tous écopé de six à 12 mois de suspension. A chaque fois, à l’exception de Matthias Garrabé, treiziste de Pia, l’Agence a alourdi la décision fédérale.

L’AFLD alourdit la sanction presque à chaque fois

« On connait le barème, affirme Me Palao, mais on espère qu’il y aura individualisation de la sanction. » A la différence de Jeannie Longo, relaxée après avoir fait valoir que son appartenance au groupe cible n’était pas conforme à la législation, Huget, notifié le 20 septembre 2010 de son entrée dans ce groupe de 450 sportifs de haut niveau, ne bénéficie pas d’un tel argument juridique. La défense jouera donc la carte de l’humilité. « On plaide la négligence, Yoann a pris ses responsabilités, il n’a pas cherché de faux arguments, plaide son conseil. C’est un joueur qui a perdu la possibilité de faire une Coupe du monde et derrière il n’a pas la certitude de retrouver l’équipe de France avec l’arrivée d’un nouveau sélectionneur. » L’audition du joueur et de ses avocats terminée, l’AFLD mettra sa décision en délibéré, envoyant le joueur passer les Fêtes la boule au ventre. Vraisemblablement, on ne le reverra pas sur les terrains de Top 14, du Challenge européen et du Tournoi cet hiver. Une vraie année blanche.

Le titre de l'encadré ici

L’AFLD a la main lourde|||

Felix Pruvot (voile), 15 septembre 2011, 6 mois
Jean-Sébastien Bonvoisin (judo), 24 mars 2011, 9 mois
Tarik Belmadani (lutte), 24 février 2011, 6 mois
Nicolas Maréchal (volley), 17 février 2011, 6 mois
Marc Raquil (athlétisme), 6 janvier 2011, 12 mois
Matthias Garrabé (rugby), 2 décembre 2010, 6 mois
Ketty Mathé (judo), 20 mai 2010, 6 mois
Vadim Guigolaev (lutte), 10 décembre 2009, 12 mois
Source AFLD