RMC Sport

Irlande-France: "Le révélateur du match, c'est 26-0", estime Lombard

Si le XV de France a un peu sauvé l'honneur en aplatissant par deux fois en toute fin de match, rien ne sauvera réellement sa prestation en Irlande ce dimanche (26-14), lors de l'avant-dernière journée du Tournoi des Six Nations. Pour Thomas Lombard, la maîtrise irlandaise était totale.

Maigre lot de consolation mais qui évite tout de même l'humiliation. Le XV de France s'est incliné en Irlande ce dimanche (26-14), lors de l'avant-dernière journée du Tournoi des Six Nations. Avec deux essais marqués en fin de match, les Bleus évitent le zéro pointé... mais ne pourront pas s'appuyer sur cet argument selon Thomas Lombard.

"On défend avec du courage mais on finit par sauter"

"En fin de match, les Irlandais ont un peu baissé le pied, le match était plié. Les Français ont poussé pour essayer de sauver l'honneur et y sont parvenus, mais la photographie, le révélateur du match, c'est le 26-0, pas le 26-14, estime le membre de la Dream Team RMC Sport. Une première période où tu joues contre le vent avec des Irlandais qui passent 52% du temps à te matraquer, sans tenter les pénalités et à prendre les penaltouches. On défend bien, avec du courage mais à un moment, on finit par sauter. Pas physiquement, parce que ce n'est pas un rugby à haute intensité mais adapté aux conditions de jeu, mais il y a une maîtrise des Irlandais et une incapacité de notre part à récupérer des ballons et à sortir qui fait qu'on concède trois essais."

"Une grosse solidarité mais c'est tout"

L'attitude y était... pas le reste. "Objectivement, les joueurs ont fait preuve d’une grosse solidarité mais c’est tout. Les mêlées, le partage des ballons, on n’en parle même pas. En deuxième mi-temps, quand on se dit qu’on va peut-être avoir l’apport du vent, on se rend compte que les Irlandais, quand il faut breaker, ils le font, insiste Thomas Lombard. Il y a le fruit d’un travail préparatoire de maîtrise, de percussion. On voit ce qu’ils font, ils te maintiennent dans ta moitié de terrain, utilisent beaucoup le pied et de temps en temps, mettent des salves. Et à la fin, ça fait quatre essais."