RMC Sport

Laporte dément la hausse des accidents graves dans le rugby

Bernard Laporte (FFR)

Bernard Laporte (FFR) - AFP

Alors que le monde du rugby a été affecté par la mort sur un terrain du jeune joueur du Stade Français, Nicolas Chauvin, Bernard Laporte, le président de la FFR, a réagi d'un communiqué posté ce jeudi. Il y dément par des chiffres la hausse des accidents graves et des décès dans le rugby.

Bernard Laporte est monté au créneau ce jeudi et s'est voulu rassurant. Le président de la FFR, qui a assisté aux obsèques de Nicolas Chauvin mercredi, a posté un long communiqué dans lequel il s'exprime sur la question de la dangerosité actuelle du rugby.

Chiffres et diagrammes à l'appui (le détail est à retrouver dans le communiqué ici), le président de la FFR écarte l'idée selon laquelle le rugby ferait davantage de blessés graves et de morts que par le passé. "Non la pratique du rugby en France n’occasionne pas plus d’accidents graves aujourd’hui qu’hier. La tendance (à retrouver en chiffres ici) est même à la baisse", justifie Bernard Laporte. "Non la pratique du rugby en France n’est pas devenue une pratique folle qui met en danger nos enfants de manière inconséquente". 

Un abaissement de la ligne de plaquage est à l'étude

En marge de ce communiqué, les instances dirigeantes internationales ont aussi réagi. Huit jours après le décès de Nicolas Chauvin (Stade Français), la Fédération française de rugby (FFR) et la Ligue nationale de rugby (LNR), ont proposé ce jeudi à World Rugby, la fédération internationale, d'abaisser la ligne de plaquage autorisée des épaules à la ceinture.

La Fédération internationale avait testé lors de la Coupe du monde des moins de 20 ans des équipes de seconde division, fin août-début septembre, un abaissement de la ligne de plaquage au niveau de la poitrine (dite "ligne des tétons"). 

Les deux institutions souhaitent également interdire le plaquage à deux joueurs et pénaliser plus durement celui tête contre tête. "Le plaqueur devra donc se baisser s'il vient plaquer, au risque d'être pénalisé" a indiqué Bernard Laporte, président de la FFR, dans un communiqué commun Fédération, Ligue et World Rugby.

Par ailleurs, à l'occasion d'un forum mondial organisé par la fédération internationale sur la santé des joueurs et l'évolution des règles, les 19 et 20 mars prochains à Paris, débutera "un processus d'examen des éventuelles expérimentations de règles dans le cadre de la prochaine édition de la Coupe du Monde de Rugby" au Japon. Soit dès l'automne 2019 (20 septembre-2 novembre).

Avec AFP