RMC Sport

Lièvremont resserre son groupe

Marc Lièvremont

Marc Lièvremont - -

Avec seulement trois changements par rapport à l'équipe qui a débuté contre la Nouvelle-Zélande, Marc Lièvremont a opté pour la continuité à l'heure d'affronter les Tonga samedi (7h, heure française). A commencer par la charnière Yachvili-Parra, reconduite.

Du calme et de l’apaisement. Ceux qui étaient venus pour assister à de nouveaux règlements de compte entre Marc Lièvremont et une partie de la presse ont dû être déçus. C’est dans une ambiance sereine et loin du tumulte des derniers jours que l’entraîneur français a dévoilé mardi matin son groupe pour affronter les Tonga, samedi à Wellington (7h, heure française). William Servat, Raphaël Lakafia et Alexis Palisson, débarrassé de ses problèmes au psoas et qui fera ses débuts en Coupe du monde, sont les trois « nouveaux » de ce XV. Quant à Maxime Médard, il est déplacé de l’aile à l’arrière à la place de Damien Traille, absent du groupe, tout comme Louis Picamoles, alors que Dimitri Szarzewski prend place sur le banc.

Après avoir livré ses états d’âme dans la presse, Traille paye là sa prestation décevante contre la Nouvelle-Zélande. Pas une sanction par rapport à ses propos, mais plus par rapport à ses performances, assure Marc Lièvremont. Pour Picamoles, également sorti à la mi-temps, il s’agissait « d’une décision stratégique par rapport à nos zones de faiblesse, poursuit Lièvremont. On sait qu’il a cette qualité de franchisseur, mais moins de déplacement qu’un Lakafia ou un Harinordoquy. » A 23 ans, Lakafia va donc honorer sa troisième sélection, sa deuxième dans cette Coupe du monde, lui qui a « particulièrement séduit » son entraîneur.

Nallet : « On va voir si tout fonctionne bien »

Marc Lièvremont l’a répété : cette équipe ressemble à celle qui sera alignée en quart de finale si les Bleus franchissent l’obstacle tongien. Tout en laissant la porte ouverte à certains de ses éléments. « Je ne peux pas assurer que ce soit les mêmes 22 que lors du quart de finale, mais ce sera très proche. Comme c’est très proche de la Nouvelle-Zélande. » Notamment du côté de la charnière. Déjà remplaçant contre les Blacks, François Trinh-Duc est une nouvelle fois sacrifié au profit de l’association Dimitri Yachvili-Morgan Parra. Et pour la première fois depuis le début de la compétition, une charnière (encore inédite jusqu’à samedi dernier) sera alignée une deuxième fois de rang dans cette Coupe du monde.

Qui dit groupe resserré, dit également état d’âme à gérer. Si le cas de Nicolas Mas, blessé, est à mettre à part, Guirado, Millo-Chluski, Ouedraogo, Picamoles, Marty, Doussain et Traille ont du souci à se faire. « C’est ce qui peut être le problème dans un groupe », embraye Lièvremont, qui se félicite néanmoins de leur travail et leur investissement. En homme d’expérience, Lionel Nallet ajoute : « C’est une semaine importante pour l’état d’esprit du groupe. Huit joueurs ne sont pas là, et même si Marc a annoncé que le groupe n’était pas complètement fermé, il a aussi dit que ça allait très peu tourner. Ce sont des moments importants pour le groupe, on va voir si tout fonctionne bien. » 

Le titre de l'encadré ici

La compo contre les Tonga|||

Le XV de France :
Médard – Clerc, Mermoz, Rougerie, Palisson – Parra (o), Yachvili (m) – Dusautoir, Lakafia, Bonnaire – Papé, Nallet – Ducalcon, Servat, Poux

Remplaçants :
Szarzewski, Barcella, Pierre, Harinordoquy, Trinh-Duc, Estebanez, Heymans