RMC Sport

Machenaud, Farrell, Fofana : les tops et flops de France-Angleterre

Si l’Angleterre a logiquement dominé la France (31-21) ce samedi en clôture du tournoi des VI Nations, Guy Novès peut tirer quelques enseignements positifs de la prestation de ses joueurs. A commencer par la réussite de Maxime Machenaud.

LES TOPS

Le sans-faute de Machenaud

Dans la lignée de son entrée en jeu en Ecosse, le demi de mêlée a été la grande satisfaction dans le camp tricolore. Il a transformé les sept pénalités qu’il a eu à tirer. Egalement au crédit du joueur du Racing, des interceptions et un jeu au pied précis. Si la charnière centrale est toujours en chantier, Guy Novès a peut-être enfin trouvé son buteur.

Care a écœuré les Bleus

C’était le match des demis de mêlée. Si Maxime Machenaud a réalisé une grosse partie côté français, son alter ego anglais, Danny Care, s’est lui aussi illustré au Stade de France en brisant l’élan tricolore en début de rencontre avec un premier essai inscrit après une course de 40m (12e). C’est lui qui a posé les bases du triomphe du XV de la Rose.

Farrell a eu presque tout bon

Avec six tirs au but réussis sur sept, le centre du XV de la Rose a largement contribué à la victoire de son équipe. On retiendra notamment cette sublime pénalité à 48 mètres des poteaux transformée alors que les Bleus étaient à quatre points. Spedding a tout essayé Auteur d’un début de match tonitruant, l’arrière des Bleus a été dans tous les bons coups. Toujours aussi généreux dans l’effort, il a tenté de recadrer ses troupes comme un véritable patron. « Tranchant, bien placé, c’est un sans-faute de l’arrière clermontois », juge Thomas Lombard, membre de la Dream Team RMC Sport.

LES FLOPS

Trinh-Duc, la poisse

Treize petites minutes et le Crunch était déjà fini pour le demi d’ouverture des Bleus. Victime d’une grosse entorse de la cheville, Trinh-Duc a fini le match dans les tribunes, avec des béquilles. Peu épargné par les pépins physiques, décevant il y a une semaine en Ecosse, le Montpelliérain joue décidément de malchance.

Hartley, l’inquiétude

Dylan Hartley, le talonneur anglais, s’est effondré sur la pelouse après avoir pris en pleine tête le genou d’Atonio (140kg). Evacué une civière, le capitaine a filé tout droit à l’hôpital.

Fofana n’était pas là

Sa prestation insipide a contrasté avec l’activité de son alter égo sur l’aile gauche, Vakatawa. Alors que ce dernier a multiplié les courses (et aussi les plaquages !), le Clermontois a brillé par son inactivité, voire son absence. Il n’a fait aucune différence. Un jour sans.

Le manque de réalisme des Bleus

Si les Anglais sont nettement supérieurs dans tous les secteurs du jeu, les Tricolores ont affiché de belles promesses dans le jeu. Mais ils peinent toujours pour conclure. « Un match se joue souvent à peu de chose, rappelle Thomas Lombard. En première mi-temps, les Anglais ont trois occasions, ils mettent deux essais. Nous on en a autant et on n’en met aucun. »