RMC Sport

Bayonne: l’avenir de Yannick Bru réglé la semaine prochaine

En poste depuis 2018, le manager bayonnais Yannick Bru pourrait s’en aller cet été après la relégation de son équipe en Pro D2. Si rien n’a encore été tranché, c’est aujourd’hui la tendance. Le début de semaine sera décisif après une série d’entretiens.

C’est l’une des grandes interrogations depuis samedi soir et la défaite des Bayonnais contre Biarritz en barrage d’accession: quel sera l’avenir de Yannick Bru? Le manager de l’Aviron, en place depuis 2018, va-t-il rester ou choisir de s’en aller cet été? L’ancien talonneur international était particulièrement marqué après la cruelle relégation en Pro D2 de son équipe, battue aux tirs aux buts.

"Après tout échec, il faut tirer des enseignements et faire face à ses responsabilités dans la vie, je l’ai toujours dit, expliquait-il à chaud. Mon cas personnel n’est pas important. Ce que je sais, c’est que j’ai mis toute mon énergie depuis deux, trois ans dans le travail du club et l’Aviron Bayonnais a de beaux jours devant lui. Mais en tant que responsable du projet sportif, il faudra forcément assumer mes responsabilités." Mais jusqu’à quel point?

Son discours laisse clairement la porte ouverte à une fin de collaboration. L’ancien entraineur des avants du XV de France, que l’on dit très abattu, se pose de questions. Il n’aurait pas encore tranché mais la tendance est bel et bien à un départ selon nos informations. D’ici mercredi, la situation sera bien plus claire. Durant les deux prochains jours, Philippe Tayeb s’entretiendra avec les joueurs et le staff.

Pas question de tout révolutionner

"Il faut analyser ce qui a marché et ce qui n’a pas marché, nous expliquait le président bayonnais ce dimanche après-midi. A partir de là, chacun fera son constat." Bru aura-t-il l’envie de se replonger dans le championnat de Pro D2? Beaucoup en doutent. L’intéressé aussi visiblement.

En décembre dernier, le technicien de 48 ans avait prolongé son contrat jusqu’en 2025, avec des possibles portes de sortie. La donne a radicalement changé aujourd’hui et Bru, dont le nom avait circulé à Clermont voilà quelques mois avant le recrutement de Jono Gibbes, est à la croisée des chemins après cette énorme désillusion. Au club, on se prépare déjà à cet éventuel scénario même si, une fois encore, rien n’a encore été officiellement décidé pour le moment en coulisses.

Pour les dirigeants, il n’est en tout cas pas question de tout révolutionner une fois encore après cette saison harassante. "Il y aura du changement sans bouleversement, selon Tayeb. Il faut garder la stabilité que nous avons trouvée depuis trois ans. Concernant l’effectif, je verrai tous les joueurs lundi et mardi. Il y aura peut-être quatre départs pour sept arrivées, mais pas plus." Mais avec quel patron pour le staff ?

Jean-François Paturaud