RMC Sport

Biarritz: et si l’équipe professionnelle était délocalisée ?

INFO RMC Sport - Après l’annonce de la mairie de Biarritz de désengager du projet de réhabilitation du plateau d'Aguilera, l’avenir du BO, troisième de Pro D2, est incertain. Il pourrait s’écrire… ailleurs qu’à Biarritz.

Le divorce est consommé entre la ville de Biarritz et le club du BOPB. En début de semaine, la ville basque a fait savoir qu’elle se désengageait du projet de réhabilitation du plateau d'Aguilera. "Le rugby professionnel nous amène dans des dépenses gigantesques, qui se rapprochent des besoins financiers du football et une collectivité de 25.000 habitants ne peut plus suivre financièrement", a expliqué la maire Maider Arosteguy en conférence de presse mardi.

Le BO troisième de Pro D2

Pour les dirigeants du BO, c’est un coup de massue qu’ils ont acté. Ils avaient clairement lié la pérennisation du club à l’exploitation commerciale de ce dossier, qui n’aboutira donc pas en raison du rejet de la municipalité.

Dans ces conditions, on peut forcément s’interroger sur l’avenir même du club basque. Actuel troisième de Pro D2 (après 18 matchs disputés) et donc toujours dans les clous pour remonter en Top 14, Biarritz vit pourtant une période sportive prometteuse. Mais en coulisses, c’est chaud. "Le risque, effectivement, c'est que l'actionnaire qui est propriétaire de cette entreprise privée décide, même s'il en a les moyens, de ne plus financer le club", avouait d’ailleurs Maider Arosteguy devant la presse.

Deux hypothèses extrêmes existent sur le papier pour le président Jean-Baptiste Aldigé et la famille Gave, actionnaire majoritaire à hauteur de 90%: soit la liquidation pure et simple avec la fermeture du Biarritz Olympique, soit - plus étonnant encore - une délocalisation. Il ne serait évidemment pas question d’une fusion avec l’Aviron Bayonnais, dont on a tant parlé par le passé.

Une nouvelle ville, française ou basque, dans le paysage du rugby pourrait-elle fusionner avec l’engagement professionnel du BO? L’idée a de quoi surprendre. Est-elle réalisable? Selon nos informations, les dirigeants biarrots ne l’écartent pas, au contraire, et étudient toutes les possibilités pour ne pas fermer le club. Des discussions existent en ce sens notamment avec la Fédération française. Joints par RMC Sport, les dirigeants biarrots n’ont pas voulu confirmer cette éventualité. L’histoire est loin d’être terminée.

JF.Paturaud