RMC Sport

Pro D2: le Fidjien Nagusa prend un mois de congé paternité et c'est rare

Le rugbyman fidjien Timoci Nagusa, qui évolue à Grenoble en Pro D2, a exprimé sa volonté de prendre quatre semaines de congé paternité, comme la loi française l'y autorise. Une rareté dans le sport professionnel.

Voilà une décision qui pourrait faire des émules. Ou qui, du moins, sort de l'ordinaire. Nouveau papa, l'ailier fidjien de Grenoble (Pro D2) Timoci Nagusa a fait part sur les réseaux sociaux de son intention de prendre un mois complet de congé paternité, comme la loi française l'y autorise désormais.

"Après la naissance de ma petite fille la semaine dernière, j'ai décidé de prendre mon congé paternité afin d'aider ma femme durant le mois à venir, pendant qu'elle récupère, a écrit sur Twitter l'ancien joueur de Montpellier. (J'ai fait ce choix) sans hésitation, sachant que le travail, le rugby et les fans disparaîtront, mais que seule la famille restera pour toujours."

Et de finir sur une petite note d'humour: "Je vais profiter des nuits sans sommeil pendant 30 jours. Le terrain me manquera durant quelques semaines, mais cette fois c'est pour une très bonne raison."

Les exemples sont rares

Si le message de Nagusa a été remarqué, et même salué par la Ligue nationale de rugby, c'est que le fait de prendre un "long" congé paternité est encore une chose très rare dans le sport de haut niveau.

Les exemples d'athlètes loupant quelques jours de compétition, comme le défenseur du PSG Marquinhos en 2019, sont assez nombreux, mais ces derniers reprennent généralement leur activité rapidement. On se souvient toutefois que le biathlète norvégien Johannes Boe avait fait le choix de manquer plusieurs étapes de Coupe du monde début 2020, au risque de perdre la bataille pour le classement général.

Longtemps limitée à 14 jours, la durée du congé paternité en France est passée à 28 jours depuis le 1er juillet 2021 (et 32 pour des naissances multiples). Trois jours sont financés par l'employeur, les 25 autres par la sécurité sociale.

C.C.