RMC Sport

Rachat de Gloucester: Mohed Altrad doit patienter

Mohed Altrad

Mohed Altrad - AFP

Mohed Altrad, déjà propriétaire de Montpellier, souhaite racheter le club anglais de Gloucester. Mais selon les informations de RMC Sport, il ne sera pas fixé avant au moins un mois, voire six semaines. L’EPCR mène un audit avant de donner sa réponse. Ce sera ensuite à World Rugby de trancher.

Mohed Altrad va devoir patienter. L’homme d’affaires, déjà propriétaire de Montpellier, souhaite activement racheter le club anglais de Gloucester. Un projet compliqué sur le papier qui demande l’accord de nombreuses instances du rugby européen. Les fédérations anglaise et françaises ont déjà donné leur accord, ainsi que les ligues anglaise et française qui organisent les championnats professionnels. Et pour que dossier puisse aller au bout, il faut désormais attendre une réponse positive de l’EPCR, organe qui gère les compétitions européennes, ainsi que World Rugby.

>> Dix choses à savoir sur Mohed Altrad

En Angleterre, on se montrait relativement optimiste ces derniers jours. « Les signes informels sont positifs, mais nous attendons une approbation formelle, déclarait le directeur général du club à la radio BBC Gloucestershire le 5 janvier dernier. Je dirais que, dans les deux prochaines semaines, nous aurons une réponse définitive. » Pourtant selon nos informations, l’EPCR ne prendra aucune décision avant au moins un mois.

«On peut imaginer un éventail de conditions»

« On a reçu cette demande fin octobre, a expliqué le directeur général de l’EPCR, Vincent Gaillard, à RMC Sport. C’est évidemment d’une certaine complexité et cela nous demande de consulter l’ensemble des parties prenantes, et il y en a beaucoup. C’est vrai que la décision nous appartient mais elle est sujette à une approbation finale de World Rugby. On a d’abord essayé de comprendre dans le détail la nature de la transaction. On avance dans l’objectif de faire prendre une décision à notre comité de direction en février, pas avant. Même si je sais que Mohed Altrad et Gloucester aimeraient que ça aile plus vite, ça n’ira pas plus vite. Il y a beaucoup d’enjeux et on doit prendre notre temps. »

Une décision annoncée mi-février, voire fin février, avant que le comité exécutif de World Rugby, déjà en train de travailler sur ce dossier, ne tranche à son tour. Celui-ci devrait alors suivre l’avis des Fédérations et de l’EPCR en cas d’accord. « La question qui est posée n’est pas de dire oui ou non à la transaction, reprend Gaillard. On peut imaginer un éventail de conditions, comme le fait que les deux équipes ne puissent à aucun moment jouer dans la même compétition ou de nombreuses autres procédures légales. »

Jean-François Paturaud