RMC Sport

Rugby à 7 : les Bleus visent une médaille dès les JO 2016

L’équipe de France de rugby à 7 s’est qualifiée pour les Jeux Olympique 2016 ce week-end grâce à leur victoire au Tournoi européen d’Exeter. Après plusieurs années de galères, les Bleus ont atteint leur objectif. Mais comme l’explique leur entraîneur, ils ne veulent pas s’arrêter en si bon chemin et viseront une médaille à Rio.

« Je suis délesté d’un poids, d’une charge mentale qui me pesait depuis maintenant cinq ans. » Voilà comment Frédéric Pomarel, l’entraîneur de l’équipe de France de rugby à 7, a réagi à la qualification de son équipe pour les JO 2016 à Rio. « On est soulagé, renchérit Jonathan Laugel. C’était une énorme pression que d’avoir un billet olympique entre les mains. » Cinq ans de galère car lorsque la FFR a lancé son projet pour développer le rugby à 7, Frédéric Pomarel est parti d’une feuille blanche. Et pendant ces cinq années, les résultats n’ont pas forcément été au rendez-vous.

Mais au moment d’aborder ces trois tournois qualificatifs pour les Jeux, les Bleus se sont transcendés. Trois tournois ponctués par trois titres. 18 matches et autant de victoires. Comment expliquer ce sans-faute ? Frédéric Pomarel reste lucide : « Ces trois tournois qualificatifs était notre objectif. On devait être prêt à ce moment-là. Beaucoup d’autres étapes avant étaient des étapes de préparation, de construction. On n’était pas prêts avant. Ensuite, il faut être honnête et humble, le niveau européen est à notre portée, ce qui n’est pas le cas du niveau mondial. Mais nous progressons. Il ne faut pas non plus oublier l’apport de quatre joueurs du XV qui est venu compléter mon noyau dur.

Pomarel : « Comment prendre une médaille ? »

L’euphorie de la qualification est pourtant vite retombée. En effet, Frédéric Pomarel a rapidement basculé sur les Jeux. « Dix minutes après la qualification, je me posais déjà des questions. Comment être plus compétitif ? Comment prendre une médaille ? » Le mot est lâché. Les Bleus viseront une médaille à Rio. « Sinon, ça ne sert à rien d’y aller, sourit Jonathan Laugel. On veut monter sur ce podium. On a gagné contre toutes les équipes mondiales, sauf la Nouvelle-Zélande. Il faudra le refaire et jouer un tournoi parfait. »

Pour y parvenir, Frédéric Pomarel ne cache pas qu’il s’appuiera sur les meilleurs joueurs du moment, et laisse la porte ouverte aux joueurs du XV. Mais l’entraîneur en chef prévient : « Pour gagner une médaille, il faudra y aller avec les meilleurs. La concurrence fait partie du sport de haut niveau. Je ferai confiance à ceux qui sont allés chercher cette qualification. Ils auront la pole position. Mais je n’exclus pas d’injecter des joueurs du XV pour apporter un plus à mon équipe. Il y aura des tensions, mais c’est la loi du sport. » Jonathan Laugel sait qu’il n’est pas certain de voir Rio. « On appréhende un peu. Mais c’est la loi du rugby. Il faudra donc être les meilleurs. Les Jeux, c’est un rêve. A la base, quand on joue au rugby, on se voit au Stade de France avec l’équipe de France ou en finale du Top 14. Aujourd’hui, avec le 7, on se voit aux Jeux. C’est le nouvel eldorado. »

MR