RMC Sport

Saint-André : « On n’a pas paniqué »

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - -

Seule la blessure de Maxime Médard a terni le bilan écossais du sélectionneur tricolore. A peine le temps d’apprécier la victoire à Murrayfield (23-17) que Philippe Saint-André se tourne déjà vers le prochain défi, l’Irlande.

Philippe, vous vous attendiez sûrement à ce genre de match en Ecosse…

Oui, je savais que ça allait être dur. Il faut d’abord féliciter les Ecossais, qui ont mis énormément de rythme et d’énergie lors des vingt premières minutes. Mais je veux féliciter aussi les joueurs français. On a attendu notre second souffle et on est bien revenus dans la partie. On mérite la victoire, on a été dominateur en mêlée et, surtout, on n’a jamais paniqué.

Comment jugez-vous votre défense après ce test face à des Ecossais très joueurs ?

Je suis satisfait car il y a encore eu énormément de jeu. A part une erreur sur le premier essai, on a su contester les rucks et après plusieurs temps de jeu, on a récupéré beaucoup de ballons. Je félicite aussi notre discipline. On ne concède que cinq pénalités quand les Ecossais ont été sanctionnés deux fois plus. Le coaching, aussi, nous a amené de l’énergie et de l’expérience avec pas mal de sélections sur le banc. On a su les mettre à la faute.

« Une journée de repos de moins que les Irlandais »

Quelles leçons tirez-vous de ce succès ?

Qu’il y a un vrai groupe. Moi, j’ai déjà gagné ici mais j’ai aussi perdu après avoir explosé comme du pop-corn lors des vingt premières minutes et on n’était jamais revenus. Etre mené 10-0, dans un stade plein et faire ce qu’ils ont fait… Ça veut vraiment dire qu’il y a de la moelle dans ce groupe et qu’il est solidaire.

Il reste maintenant trois matches au sommet à jouer…

Oui, on a trois cols hors catégorie à affronter. On va se concentrer sur le premier contre l’Irlande dimanche. On est déjà dans la récupération active. On a une journée de repos de moins que les Irlandais. Avec le rugby d’aujourd’hui et un nombre incroyable de temps de jeu, ça peut être très important. Ça va être un test exceptionnel parce qu’on va avoir cette intensité lors de ces trois matches (Irlande, Angleterre, Galles, ndlr).