RMC Sport

Saint-André : « Pas de pression extra-sportive pour Dusautoir »

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - -

Philippe Saint-André, le sélectionneur de l’équipe de France, a choisi de confirmer Pascal Papé dans son rôle de capitaine pour le Tournoi des VI Nations. Une manière de protéger, selon lui, Thierry Dusautoir.

Philippe, pourquoi avoir pris Thierry Dusautoir dans le groupe, mais pas en tant que capitaine ?

On veut surtout lui donner le temps de revenir à son meilleur niveau. Qu’il pense déjà à lui, pour une fois, lui qui a toujours pensé aux autres. Il revient d’une grave blessure, il n’a pas pu jouer la jouer la semaine dernière, il est encore absent cette semaine. Mais on connaît l’homme, on connaît le joueur et on veut lui donner le temps de se reconstruire pour redevenir le joueur qu’il a été et le joueur qu’il va être. On en est complétement sûr. On ne veut pas lui mettre de pression extra-sportive. On veut juste qu’il redevienne le Thierry Dusautoir qu’on connaît.

S’agit-il d’une décision temporaire ou vous vous engagez pour trois ans avec Pascal Papé ?

Je ne peux pas m’engager avec Pascal pour les trois saisons à venir et il le sait. D’abord pour le niveau de performance sur le terrain : un capitaine doit être un titulaire indiscutable. Pascal est en pleine forme. Il a fait des tests de novembre de grande qualité en tant que joueur. En tant que capitaine, je crois que son message est passé autour du groupe et auprès de la nouvelle génération. Mais après c’est vraiment un problème de riche. Si je pouvais n’avoir que des problèmes comme ça : deux joueurs de grande qualité avec du charisme… Sincèrement, j’aimerais avoirs que des problèmes comme ça jusqu’à la prochaine Coupe du monde en 2015.

Quelle a été votre réflexion pour constituer cette équipe ?

La liste est à peu près la même que depuis le début. Un groupe qui ressemble à celui de la tournée du mois de novembre, quelques jeunes et des hommes actuellement en forme dans le Top 14. Comme Mathieu Bastareaud par exemple.

Justement, comment vous expliquez le retour de Bastareaud au premier plan ?

Il fait des efforts, il fait des efforts énormes. On a pu voir qu’il avait retrouvé de l’explosivité, de la vitesse. On sait que c’est un joueur qui a le potentiel pour le très haut niveau. Je pense qu’il a fait énormément d’efforts. Il faut qu’il continue à les faire. Et pour nous, il reste encore trois matchs. C’est important de le voir dans le groupe des 33 et de voir que le groupe est ouvert à tout le monde. L’équipe de France est ouverte à tout le monde et on choisit les joueurs en fonction de ce qu’ils font et ce qu’ils démontrent sur le terrain.

Cela explique pourquoi le groupe n’a presque pas bougé par rapport à la tournée ?

Mais quand tu es content d’un groupe, de l’investissement des joueurs, de l’état d’esprit et de ce qu’ils font sur le terrain, tu n’as pas envie de casser tout ça. Après, c’est normal d’amener de la compétition, des joueurs qui sont en forme et les trois premiers jours (au moment de réduire le groupe de 33 à 23 joueurs) seront très intéressants pour nous.

Quels seront les objectifs de ce XV de France pour le Tournoi des VI Nations ?

L’ambition, c’est de faire mieux que l’année dernière. Et pour cela, on va voir comment on va retrouver les joueurs. Ils ont encore trois matchs. On va les suivre, il risque automatiquement d’y avoir quelques blessures. On a des joueurs en stand-by. Pour le premier match face à l’Italie (le 3 février, 16h), on sait que ça va être un premier match difficile. On veut bien rentrer dans la compétition. On vient d’avoir quatre victoires d’affilée, on veut essayer de continuer et d’en avoir une cinquième. 

Propos recueillis par Camille Gelpi