RMC Sport

Top 14: les présidents de clubs unanimes contre la Fédération

Réunis ce dimanche matin, les présidents de Top 14 ont adopté une nouvelle position unanime sur le calendrier international de cet automne. Les clubs maintiennent leur position, à savoir cinq matchs mais pas plus, et sont prêts à se battre si la FFR ne change pas sa position.

La réunion aura duré environ une heure ce dimanche matin. Lors d’une visioconférence, les présidents de Top 14 ont une nouvelle fois échangé sur le calendrier international des semaines à venir.

Selon les informations de RMC Sport, ils ont de nouveau adopté une position unanime pour engager des suites "appropriées", juridiques donc, si la Fédération maintenait sa position. "Il ne faut pas avoir peur de notre droit", voilà ce qui a été répété.

Les clubs maintiennent leur position

Confortés par l’ordonnance du Conseil d’Etat vendredi, les clubs veulent s’appuyer sur la convention signée par le passé avec la Fédération. Celle-ci prévoit trois tests internationaux, mais les clubs et la LNR avaient accepté d’en ajouter deux de plus, mais pas trois comme voulu par la FFR.

"On maintient notre position", a-t-on indiqué pour RMC Sport après ce vote à l’unanimité. Avec un message clair à Bernard Laporte et la Fédération, rejoignant ainsi le courrier de Paul Goze samedi: "Vous n’avez pas le droit de convoquer des joueurs pour un match qui n’a pas lieu d’être." C’est-à dire la rencontre contre le pays de Galles dans deux semaines.

Une réponse aux menaces de Laporte

Dans un courrier que RMC Sport s’était procuré samedi soir, Bernard Laporte avait pourtant menacé en écrivant que les internationaux qui ne répondraient pas à leur convocation pour le match contre le pays de Galles ne pourraient pas jouer en club.

"Si un joueur n'est pas libéré [...] ledit joueur n'aura pas le droit de jouer pour un quelconque organisme ou club de rugby pendant la période durant laquelle il a ou devrait avoir été présent au sein de l'équipe nationale" et ce, pendant "plus 10 jours après ladite période".

"Le droit s’applique à tout le monde"

Des menaces qui ne font visiblement pas peur aux présidents de clubs et à la LNR qui devraient officiellement communiquer dans la journée. "Ils n’ont le droit d’imposer des sanctions", lance encore selon une source. "Le droit s’applique à tout le monde, y compris à la Fédération, et le Conseil d’Etat est la plus haute juridiction en France", répond un président de club. La Ligue a proposé à la FFR une réunion du comité d’orientation stratégique lundi matin. A cette heure, il n’y a pas eu de réponse.

Ce dimanche matin, il a également été question de la libération des joueurs étrangers pour les autres matchs internationaux de la Autumn Nations Cup et du Rugby Championship. Un cas épineux sachant qu’aucune convention ne lie la Ligue aux autres fédérations. Il a donc été décidé de laisser ces libérations à l’appréciation de chaque club.

Jean-François Paturaud