RMC Sport

Bayonne : l’Aviron ne rame plus

Le pack bayonnais impose sa puissance

Le pack bayonnais impose sa puissance - -

Avec cinq victoires en six matchs, l’Aviron bayonnais s’est installé en tête du championnat. A confirmer dès le week-end prochain à Toulouse.

« Qu’ils en profitent… Cela ne va pas durer longtemps. » Le tacle est signé Richard Pool-Jones, ancien joueur du BO et aujourd’hui consultant pour RMC Sport. Lâchée avec le sourire, la boutade reflète parfaitement la pensée des Biarrots au sujet de la réussite actuelle du voisin bayonnais. Car si Biarritz, aujourd’hui neuvième, a connu un début de championnat difficile, Bayonne surfe aujourd’hui sur la vague du succès. Avec cinq victoires en six journées, les hommes de Thomas Lièvremont affolent les cadors lancés à leur poursuite. « Nous sommes surpris par les résultats mais cela reste anecdotique, tranche l’entraîneur. Il n’y a que six journées. Nous sommes en tête, mais cela ne va pas durer. Alors on en profite. »

L’Aviron en profite car les Basques ont vécu une saison dernière catastrophique. Relégués sur le terrain, ils ne doivent leur maintien qu’à la rétrogradation administrative de Montauban. La prudence est donc de mise. « L’important, c’est l’envie d’avancer avec de l’humilité, continue Lièvremont. C’est peut-être ce qu’il a manqué dans ce club. Je suis persuadé qu’aujourd’hui tout le monde est conscient de la fragilité de notre position. Après avoir passé une saison catastrophique, les joueurs ont envie d’exister et de se battre. »

Lièvremont : « Un manque de maîtrise »

Surtout que le programme des réjouissances laisse présager des week-ends délicats avec des rencontres contre Toulouse, Perpignan, Biarritz et le Racing. Toulouse n’est d’ailleurs pas un bon souvenir pour Bayonne. Lors de la saison 2008-2009, les Ciel et Blanc débutent de la meilleure des manières leur saison avec neuf victoires sur les onze premières rencontres. Le déplacement à Toulouse doit servir de révélateur à un groupe plein d’ambition. Balayés 32-11, les Basques ne s’en remettront pas avec seulement cinq victoires sur les quatorze matchs suivants et une triste septième place. Trop juste pour se qualifier pour la Coupe d’Europe.

Les prochains rendez-vous devraient ainsi donner le ton de la saison des coéquipiers de l’excellent Benjamin Boyet. Très performants en défense, ils font preuve d’un état d’esprit irréprochable mais commettent aujourd’hui trop de fautes. « C’est dû à la générosité dans le jeu et la défense, conclut Lièvremont Il y a parfois un manque de maîtrise. On n’a pas trop abordé ce secteur au début de la saison, mais on va devoir s’y pencher, car cela pourrait nous coûter cher dans les prochaines semaines. » Les Biarrots n’attendent que cela.

P.Ta.