RMC Sport

Biarritz-Bayonne, mode d’emploi d’une fusion

-

- - -

Le Biarritz Olympique et l’Aviron Bayonnais étudient la possibilité de créer une seule entité professionnelle à l’identité basque. Les discussions vont s’accélérer dans les prochaines semaines et pourraient aboutir à une fusion dès la saison prochaine.

Deux clubs au bord de la relégation

Il faut regarder en bas, tout en bas du classement, pour apercevoir Biarritz. Après treize journées, le BO est bon dernier du Top 14 et fonce dangereusement vers la Pro D2. Son voisin de Bayonne est à peine mieux loti, deux places plus haut, à égalité de points avec Oyonnax, le premier relégable. Une situation qui a poussé Serge Blanco à se remettre en question. « Je me suis demandé comment mon club pouvait continuer à être compétitif, explique en exclusivité le président de Biarritz dans le Moscato Show sur RMC. J’ai du mal à boucler mon budget. Je ne vois pas comment suivre les grosses écuries à l’avenir. Je veux bien continuer, mais si c’est pour batailler chaque dimanche, ça ne m’intéresse pas. » Ça n’intéresse pas non plus Alain Affelou. « Les propos de Serge pourraient être les miens », souffle le patron de l’Aviron Bayonnais. Un constat amer qui a poussé les deux dirigeants à se rapprocher…

Vers la création d'une entité basque

Le modèle existe déjà ailleurs en Europe, en Irlande notamment. Afin d’assurer leur survie parmi l’élite, Biarritz et Bayonne étudient la faisabilité d’une fusion. Enfin presque. « Ce n’est pas vraiment une fusion, chaque club gardera son identité, précise Afflelou. Nous réfléchissons à créer une seule entité basque ». Une entité qui ne concernerait que la structure professionnelle. Les deux clubs conserveraient leurs sections amateurs et leurs centres de formation. « Il n’est pas question que Biarritz ou Bayonne meurt », assure Blanco. Ce rapprochement permettrait en revanche de mutualiser les budgets, les sponsors et – peut-être – les supporters. Une manière de pouvoir rivaliser avec les cadors du Top 14. Et de retrouver de vraies ambitions. « On essaie de voir si on est capables de s’entendre avant d’aller plus loin », glisse Afflelou.

Officiel dès la saison prochaine ?

L’idée maintenant sur la table, les discussions vont s’intensifier dans les prochaines semaines. « On s’est donné trois mois pour voir si on le faisait ou pas, lâche Afflelou. On saura alors s’il y a intérêt pour chacun de partir dans cette voie. » Trois mois durant lesquels Biarritz et Bayonne vont commander des audits comptables, juridiques et sportifs. Et tenter de trouver un accord global pour aboutir à un projet commun. Si les deux parties parviennent à un consensus, la « province basque » pourrait intégrer le Top 14 dès la saison prochaine, même si le timing semble serré. « Oui, pourquoi pas. En fonction des discussions, tout peut arriver », assure Blanco.

La question épineuse du stade

Si la création de ce club à l’entité basque voit le jour, reste à savoir dans quelle enceinte il évoluera. Le stade Jean-Dauger, antre de l’Aviron Bayonnais et le Parc des Sports d’Aguiléra, fief du Biarritz Olympique, ne sont distants que de quelques kilomètres. « On verra lequel des deux stades est le plus approprié, tranche Afflelou. On n’ira pas jouer à Bayonne en étant biarrot ou inversement. On ira jouer dans le stade de l’entité. » Une perspective idyllique que ne partagent pas forcément les supporters des deux équipes, friands de leur derby basque. « Je suis persuadé que des gens seront pour et d’autres contre, poursuit Afflelou. Il y aura des épidermes sensibles, c’est certain, on ne pourra pas satisfaire tout le monde. Mais on fera primer l’intérêt général. »

A lire aussi :

>> Afflelou : « On peut imaginer ça pour la saison prochaine »

>> Chabal : « Le Top 14 est attrayant »

>> Toute l'actualité du Top 14

Alexandre Jaquin