RMC Sport

Biarritz s’enfonce encore

Damien Traille

Damien Traille - -

Vite réduit à quatorze après l’expulsion de Taele Pavihi, Biarritz s’est incliné dans le derby basque qui l’opposait ce samedi à Bayonne (27-19). La crise est de plus en plus profonde pour le dernier du championnat.

Parfois, le son n’est pas nécessaire. L’image suffit amplement à mettre en avant le désarroi humain. Aussi, en voyant Serge Blanco avachi sur son siège, la tête pratiquement entre les bras, esquisser de temps à autre un geste de dépit, inutile de monter le volume pour comprendre que le président du Biarritz Olympique a versé dans la désillusion la plus totale. Le BO a sombré ce samedi (27-19), comme son patron en tribune. Mais si ce dernier avait une rambarde face à lui pour se rattraper, le club biarrot n’avait pas grand-chose à quoi se raccrocher sur la pelouse de Jean-Dauger.

Allez, peut-être un petit quelque chose. Une détermination sans faille tout au long de la partie et ce, alors qu’une partie du ciel basque était déjà tombée sur la tête du BO, suite au carton rouge infligé à Taele-Pavihi après… neuf minutes de jeu. Derby oblige, Biarritz ne pouvait raisonnablement pas lâcher prise comme ça. Mais si la lanterne rouge du Top 14 a joué crânement sa chance, ses chances de l’emporter face… à l’avant-dernier du championnat avaient pris un sérieux plomb dans l’aile. Trop, finalement, pour espérer un changement de tendance. Et d’ambiance.

Pietersen rate le bonus

Car, à l’heure où une fusion des deux clubs n’a jamais autant été évoquée, en coulisses, chez les supporters et bien évidemment, les médias, à l’heure où le Pays Basque est dans le dur concernant son maintien dans l’élite, l’Aviron Bayonnais a dominé son grand rival. Sans passion débordante, sans génie mais avec un engagement sans faille et la botte millimétrée de l’ancien Montpelliérain Bustos Moyano, réglé comme une horloge ou presque (1 coup de pied manqué), ce qui n’était pas le cas de Pietersen (quatre pénalités manquées). Alors quand Lesgourgues voit son essai refusé après vidéo (28e) et celui d’O’Connor accordé presque dans la foulée (34e), Jean-Dauger a compris que le destin a choisi son camp.

Ce n’est malheureusement pas l’essai de Pietersen, incapable de faire oublier Yachvili (blessé à l’œil) devant les perches, qui leur fera croire le contraire. La terre promise a été foulée trop tard pour les Biarrots qui, malgré beaucoup d’envie, n’auront percé le rideau bayonnais qu’une fois celui-ci réduit à 14 (carton jaune pour Ugalde, 72e). L’Aviron avait déjà scellé son succès grâce à un essai plein de malice de Philips (68e). Serge Blanco peut alors quitter son siège. Non sans abattement. Son BO, qui aura en plus manqué le bonus défensif sur un énième raté de Pietersen dans le temps additionnel, continue sa descente aux enfers avec une sixième défaite consécutive. Et vu les visages abattus des joueurs au coup de sifflet final, le puits a vraiment l’air sans fond.

A lire aussi :

>> Oyonnax fait encore sensation

>> Le Stade Français, c’est sérieux

>> Clermont-UBB : un horaire en question

A.D.