RMC Sport

Bordeaux-Bègles: "On fait les beaux, on est nuls", Urios allume ses joueurs

Christophe Urios n'a pas du tout apprécié le comportement de son équipe, battue samedi par Toulouse (21-10) lors de la 26e et dernière journée de Top 14.

C’est un Christophe Urios très remonté qui s’est présenté en conférence de presse, samedi soir, après la défaite de Bordeaux-Bègles contre Toulouse (21-10), pour le compte de la 26e et dernière journée de Top 14. L'UBB, qui n'avait pas grand-chose à espérer, si ce n'est emmagasiner de la confiance avant d’attaquer les play-offs (barrage contre Clermont le 12 juin procha), a déçu, provoquant la colère de son manager.

"J'ai passé ma semaine à gueuler. L'entraînement de mardi était dégueulasse, on a deux joueurs qui sont arrivés en retard aujourd'hui. Sur l'état d'esprit, ce n'était pas bon, notre rugby, c'était nul. On est nuls, on ne joue pas bien. On fait une première mi-temps indigne d'une équipe qui va jouer le Top 6 en terme d'engagement, d'agressivité, de mise en place. En deuxième mi-temps, on s'y est mis mais tactiquement c'est catastrophique", a lâché Urios. Il ne s’est pas arrêté là dans les punchlines.

"Clermont va nous mettre à la page"

"On s'amuse. Ça me rappelle le Bordeaux d'il y a quelques années. Je ne me suis pas reconnu dans l'équipe. C'est une bonne piqûre de rappel avant ce qui va nous arriver la semaine prochaine. Si on ne change pas, ça peut s'arrêter très vite et je pense que je vais changer mes vacances. On se regarde marcher, on fait les beaux, Clermont va nous mettre à la page, car Clermont est une équipe très physique. Il faut vite basculer, se remettre la tête à l'endroit. Il faut travailler dur dans ce sport. Quand on est fainéant, on perd", a-t-il insisté.

Pour rappel, le Racing, l'UBB, Clermont et le Stade français disputeront les barrages, alors que Toulouse et La Rochelle se sont directement qualifiés pour les demi-finales. Dans deux semaines à Lille, les Toulousains retrouveront peut-être l'UBB si cette dernière se défait de Clermont.

RR avec Nicolas Paolorsi